Après 29 ans d’attente, c’était enfin la journée des Blue Bombers de Winnipeg, dimanche. Ils ont dominé le jeu du début à la fin de la 107e Coupe Grey, une victoire sans appel de 33-12.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Dès le milieu du troisième quart, on savait tous que les Bombers l’emporteraient – y compris les Tiger-Cats de Hamilton. L’expression sur le visage de leur entraîneur-chef, Orlondo Steinauer, valait mille mots. Il savait mieux que quiconque que son chien était mort.

La soirée aurait difficilement pu moins bien commencer pour les Tiger-Cats. La première passe de Dane Evans était trop haute et a été interceptée. Puis, à sa deuxième série, Evans a été victime d’un sac du dangereux Willie Jefferson et a perdu le ballon, récupéré par Adam Bighill.

Si la défense des Tiger-Cats avait tenu bon après le premier revirement, ce ne fut pas le cas après le deuxième. Andrew Harris a profité d’une ouverture béante pour inscrire les premiers points dès le jeu suivant avec une course de 15 verges.

Ce fut une soirée de rédemption pour Harris. Suspendu pour deux matchs après avoir échoué à un test antidopage durant la saison, le demi offensif a marqué deux touchés et a fini la rencontre avec 134 verges au sol et 35 par la passe. Le natif de Winnipeg a été nommé joueur par excellence du match, ainsi que meilleur joueur canadien.

Harris et le quart Chris Streveler ont couru avec puissance derrière une ligne offensive qui s’est amusée aux dépens du front défensif des Tiger-Cats. Les corridors de course étaient à ce point immenses que c’était parfois à se demander s’il y avait des secondeurs de ligne sur le terrain.

Les Bombers ont également contrôlé le jeu sur la ligne de mêlée de l’autre côté du ballon. Jefferson (3 sacs), Jackson Jeffcoat (2 sacs) et Drake Nevis (1 sac) ont prouvé qu’ils formaient la meilleure ligne défensive de la LCF et ont fait passer une soirée de misère à Evans, qui n’a jamais trouvé son rythme.

Faut dire qu’Evans a dû se passer de son meilleur joueur, Brandon Banks, pour une partie du match. Le joueur par excellence de la LCF en 2019 a subi une blessure à la suite d’un dur plaqué au troisième quart et n’est jamais revenu au jeu.

Lorsqu’une équipe de football est beaucoup plus engagée sur le plan de la robustesse que sa rivale, elle gagne presque à tout coup. Et dimanche soir, la formation de Mike O’Shea l’a été nettement plus. En attaque, en défense et sur les unités spéciales.

Trop de revirements

Non seulement les Blue Bombers se sont- ils imposés physiquement, mais en plus ils étaient manifestement mieux préparés que les Tiger-Cats. Ils n’ont commis aucune erreur majeure et ont joué avec une concentration et une intensité sans faille.

Notamment, les Tiger-Cats ont été incapables de convertir des troisièmes essais avec une verge à franchir à deux reprises, deux des huit revirements qu’ils ont commis. C’est évidemment beaucoup trop pour espérer l’emporter.

Construits méthodiquement par le directeur général Kyle Walters et l’entraîneur-chef Mike O’Shea au cours des dernières années, les Blue Bombers auront obtenu la dernière pièce de leur casse-tête à la date limite des transactions en faisant l’acquisition du quart Zach Collaros.

Il y a un mois, on ne savait même pas si Collaros pourrait poursuivre sa carrière à cause des commotions cérébrales qu’il avait subies. Dimanche soir, il a fait exactement ce qu’il devait pour permettre aux siens de gagner. Même si elle n’a pas été spectaculaire, sa performance a été irréprochable (17 en 23 pour 170 verges), et son assurance derrière sa ligne a permis aux Bombers de prendre rapidement le contrôle de la partie.

Le botteur Justin Medlock a très bien fait, lui aussi, réussissant six de ses sept tentatives de placement. C’est lui qui a inscrit tous les points de l’équipe à l’exception des deux touchés de Harris.

Amplement mérité

Au final, les Blue Bombers voulaient plus la victoire que les Tiger-Cats, ce n’est vraiment pas plus compliqué que ça. Il leur aura fallu gagner trois matchs éliminatoires à l’extérieur de Winnipeg pour savourer un premier titre depuis 1990.

Leur victoire de dimanche au stade McMahon était leur deuxième en 15 jours à Calgary, puisqu’ils avaient amorcé leur tournoi en éliminant les Stampeders, le 10 novembre. Ils ont ensuite défait les Roughriders, à Regina, le dimanche suivant. Notons que les Blue Bombers étaient l’équipe négligée les trois fois.

Du côté des Tiger-Cats, c’est une saison qui se termine en queue de poisson. Ils ont établi une marque d’équipe en remportant 15 de leurs 18 matchs à la première saison de Steinauer.

Ça ne les a cependant pas empêchés de s’incliner au match de la Coupe Grey pour la troisième fois depuis 2013, de sorte que ce sont maintenant eux qui ont la plus longue disette sans championnat : 20 ans. C’est 11 de plus que les Alouettes, qui ont actuellement la deuxième séquence sans victoire à la Coupe Grey.