(Los Angeles) L’équipementier sportif Nike a annoncé avoir rompu le contrat qui le liait à Antonio Brown, le receveur des Patriots de la Nouvelle-Angleterre, qui fait l’objet d’une plainte pour viol déposée au civil.

Agence France-Presse

« Antonio Brown n’est plus un athlète Nike », a déclaré à l’AFP un porte-parole de la célèbre marque à la virgule, confirmant une information du Boston Globe, sans toutefois préciser la raison de cette décision ni à quel moment elle a été prise.

Brown, qui venait de s’engager le 7 septembre avec le champion en titre de la NFL, les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, a été accusé de viol trois jours plus tard par Britney Taylor, son ancienne préparatrice physique.

AP

Britney Taylor

Selon la plainte fédérale déposée par cette femme dans le district de Miami, Brown l’aurait agressée sexuellement en juin 2017, avant de la violer en mai 2018 à son domicile.

La NFL a depuis ouvert sa propre enquête, ce qui n’empêche pas pour l’heure la star de jouer pour sa nouvelle équipe. Il a d’ailleurs réussi son premier touché pour New England le week-end passé, lors de la large victoire contre Miami (43-0).

Brown, qui a parlé à des journalistes jeudi pour la première fois depuis qu’il fait l’objet de cette plainte, a évité de répondre aux questions concernant l’affaire en cours.

« Je suis juste là pour me concentrer sur le jeu. Je suis reconnaissant de jouer au football. À chaque fois qu’on franchit la porte ici, il faut donner le meilleur de soi pour l’équipe. Je veux juste me préparer à donner le meilleur pour ces gars », a-t-il dit.