La question est légitime : les Alouettes font-ils partie de l’élite de la Ligue canadienne de football ? On devrait en avoir une bien meilleure idée dans un mois.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Victorieux à leurs trois derniers matchs et à six de leurs huit derniers, les Alouettes amorceront, samedi à Regina, la partie la plus exigeante de leur calendrier. Trois de leurs cinq prochaines rencontres seront disputées dans l’Ouest, et les deux matchs qu’ils joueront à Montréal seront contre les Blue Bombers de Winnipeg et les Stampeders de Calgary, qui sont considérés comme les deux meilleures équipes du circuit par une majorité d’observateurs.

« Je me concentre uniquement sur les Roughriders pour le moment. Je ne veux pas vous donner des réponses à la [Bill] Belichick, mais c’est la vérité. Je ne sais même pas à quoi ressemblera notre alignement dans quelques semaines », a dit l’entraîneur-chef Khari Jones lorsqu’il a été question du prochain mois, hier.

Ce sont justement les Roughriders qui ont été les derniers à vaincre les Alouettes, 17-10, le 9 août. Le match au stade Percival-Molson avait été arrêté au milieu du troisième quart en raison de la menace d’orages. Une décision de la LCF qui avait bien sûr été mal accueillie par les Oiseaux.

« Nous ne saurons jamais ce qui se serait produit si nous avions disputé le match en entier. On a été bons au quatrième quart cette saison », a rappelé Jones.

« Nous avons comblé un déficit afin de l’emporter à quelques reprises dernièrement et on aurait aimé avoir l’occasion de le faire cette fois-là aussi. On a mal digéré cette défaite, mais on a amorcé une nouvelle séquence victorieuse depuis », a fait remarquer le secondeur Patrick Levels.

Une équipe mieux armée

Plusieurs joueurs importants des Alouettes manquaient à l’appel lorsqu’ils ont perdu contre les Roughriders. Vernon Adams fils, William Stanback et DeVier Posey étaient en effet tous à l’écart du jeu, blessés.

Je pense qu’on a une bien meilleure équipe que lors du premier match. On s’envolera vers la Saskatchewan avec beaucoup de confiance, surtout qu’on joue bien sur la route cette saison.

André Bolduc, entraîneur des demis offensifs des Alouettes

Vu les circonstances entourant leur défaite contre les Riders, la frustration des Alouettes se comprend bien. Il n’en demeure pas moins que les Roughriders avaient dominé le jeu jusqu’à ce que le match soit arrêté. C’est d’ailleurs la seule fois où les Oiseaux ont nettement moins bien joué que leur adversaire depuis le début du mois de juillet.

« On a vraiment mal joué ce soir-là, c’était inacceptable. On a commis plusieurs erreurs qu’on ne pourra pas se permettre de répéter samedi », a indiqué André Bolduc.

« Il ne faut pas blâmer la météo pour l’issue du match. C’était à nous d’avoir l’avance. Si on l’avait eue, on aurait été aussi heureux qu’ils [les Roughriders] l’étaient lorsque le match a été arrêté. On devrait plus être frustrés de notre manque d’exécution et de concentration », a estimé l’entraîneur québécois.

Les quarts Antonio Pipkin et Matt Shiltz avaient tous deux été victimes d’échappés après avoir été plaqués à la suite de blitz des Roughriders. Deux jeux qui s’étaient terminés dans la zone des buts des Alouettes. « Notre attaque leur avait donné deux touchés défensifs et je n’avais pas aimé ça du tout », a d’ailleurs noté Jones, hier.

Johnson absent

Contrairement à leur match précédent face à la Saskatchewan, les Alouettes pourront compter sur leurs meilleurs quart (Adams), porteur de ballon (Stanback) et receveur (Posey). Jeremiah Johnson ratera toutefois la rencontre, lui qui ne s’est pas entraîné hier et qui suit actuellement le protocole des commotions cérébrales. Le demi offensif s’est blessé vendredi soir contre les Lions de la Colombie-Britannique.

Jones a indiqué que le receveur Chris Matthews devrait quant à lui disputer son premier match dans l’uniforme des Alouettes.

C’est difficile de gagner en Saskatchewan, la foule est toujours bruyante et il y a plusieurs obstacles à surmonter. Ce sera un bon test pour notre équipe.

Khari Jones, entraîneur-chef des Alouettes

Si les prochaines semaines devraient nous permettre de savoir si les Alouettes font partie des grosses pointures de la LCF, certains membres de l’équipe estiment qu’ils ont déjà répondu à cette question avec leur jeu au cours des derniers mois.

« Dès que j’ai signé mon contrat avec les Alouettes, mon objectif était de ramener la Coupe Grey à Montréal. Certaines personnes croyaient que ce n’était pas la bonne décision et que j’étais fou, mais on ne forme plus la même équipe que celles des dernières années. On veut gagner et botter le derrière de toutes les équipes qu’on affronte », a lancé Patrick Levels.

« On risque fort bien de revoir l’une de ces équipes si l’on se rend au match de la Coupe Grey. On continuera donc de gagner de la confiance si on les bat », a ajouté l’excellent secondeur.

« On a gagné à Calgary, on a battu Edmonton et on a battu Hamilton. Alors on n’a aucun complexe face à qui que ce soit », a quant à lui affirmé Bolduc.

Prochain match : Alouettes c. Roughriders de la Saskatchewan, samedi (19 h) à Regina

Précisions
Même s’ils l’ont emporté face aux Lions, les Alouettes n’ont pas joué leur meilleur match, vendredi dernier. On pourrait dire la même chose de votre humble serviteur, qui a fait deux erreurs dans son résumé de match. Vernon Adams a lancé une passe de touché à Quan Bray et non pas à Jake Wieneke, et ce même Adams a été victime d’une interception lorsqu’il a tenté de rejoindre DeVier Posey dans la zone des buts et non pas Eugene Lewis. Toutes nos excuses.