La dernière semaine de congé de la saison des Alouettes est venue «freiner» leur séquence de deux victoires. La formation montréalaise souhaitera reprendre là où elle a laissé vendredi, face aux Lions de la Colombie-Britannique.

Frédéric Daigle
La Presse canadienne

Les Lions connaissent toutes sortes d’ennuis cette saison, comme en fait foi leur fiche d’une seule victoire contre neuf revers, malgré l’arrivée en poste de Mike Reilly, l’un des meilleurs quarts de la Ligue canadienne de football, acquis sur le marché des joueurs autonomes en février.

«Offensivement, c’est un manque de synchronisme tout simplement, a expliqué Luc Brodeur-Jourdain, l’entraîneur de la ligne offensive des Alouettes. Évidemment, Reilly est un excellent quart qui connaît bien notre ligue, mais lorsque que tu es continuellement sous pression, c’est difficile de se faire valoir.

«Tu dois avoir un groupe de receveurs qui se démarquent également. Même si tu as une protection de trois ou quatre secondes, il faut que quelqu’un soit disponible. […] De notre côté, défensivement, il faudra demeurer alerte, car c’est un quart capable de réaliser de gros jeux.»

Brodeur-Jourdain estime aussi que la fiche des Lions ne rend pas justice à leur unité défensive.

«Défensivement, c’est pourtant une équipe très diversifiée. C’est une défense très dynamique, qui compte sur un bon groupe de secondeurs. Ils ont les éléments pour être menaçants.»

Malgré ces bons mots, la défense des Lions a concédé 321 points cette saison. Seule la défense des Argos a fait pire (348).

«Ils connaissent des moments difficiles cette saison, je suis passé par là comme joueur. Tu tentes de garder un bon esprit d’équipe, mais ça s’effrite rapidement les jours de matchs», a ajouté Brodeur-Jourdain.

Un peu comme avant la rencontre face aux Argonauts, tous chez les Alouettes parlaient de ne pas tomber dans le piège de la complaisance.

«Encore une fois, nous affronterons une équipe affamée, désespérée, a souligné l’entraîneur-chef, Khari Jones. Ils n’ont pas beaucoup de victoires au compteur, mais ça ne veut pas dire qu’ils n’ont pas une équipe talentueuse. Nous l’avons réalisé après avoir joué contre les Argos. Nous devrons jouer comme si nous aussi étions désespérés d’ajouter une victoire à notre fiche et commencer en force.»

Le début de match est ce qui a le plus frappé les protégés de Jones face aux Argos. Tous sont d’accord pour dire qu’il ne faut pas laisser les Lions se forger une avance de 16 points.

«On a le match contre les Argos en tête, a indiqué le centre-arrière Christophe Normand. On a réussi à venir de l’arrière, mais il faudra partir plus rapidement.»

«C’est assurément dans cet état d’esprit qu’on aborde cette rencontre, a ajouté le quart Vernon Adams fils. Il faudra partir sur les chapeaux de roue. Vous verrez vendredi! Comme Toronto, la Colombie-Britannique est bien meilleure que ne l’indique sa fiche. Ils ont de bons entraîneurs et un des meilleurs quarts de la ligue. Il peut faire tourner le vent en une séquence. Il faut marquer des points rapidement et enlever de la pression de notre défense.»

Les Lions reviennent aussi d’une semaine de congé. Ils n’ont pas gagné à leur six dernières sorties. Leur seule victoire de la saison a été obtenue face aux Argonauts, 18-17, lors de la semaine 4.

Le coup d’envoi sera donné à 19h30, au stade Percival-Molson de l’Université McGill.