Déjà à sa cinquième saison à la tête du programme de football de l’Université McGill, Ronald Hilaire estime que son équipe arrive enfin à maturité.

Michel Marois Michel Marois
La Presse

« Nous n’aurons sans doute qu’une dizaine de recrues dans l’alignement de 48 joueurs, alors que nous en avons déjà eu 32. Le recrutement des dernières années a porté fruit et notre équipe est beaucoup plus expérimentée, plus mature physiquement aussi. »

La réputation de l’Université McGill sur le plan des études continue d’attirer des joueurs d’un peu partout au Canada et même de l’étranger.

Laurent Duvernay-Tardif a joué à une époque où McGill ne gagnait pratiquement jamais et ça ne l’a pas empêché de devenir le premier Québécois à signer un contrat d’envergure dans la NFL. Je pense que ça a ouvert les yeux de plusieurs jeunes.

Ronald Hilaire, entraîneur-chef de l’équipe de football de McGill

« Et avec les progrès de notre équipe, de plus en plus de joueurs bien cotés ont envie de venir ici. Ils voient le travail qu’on a fait avec l’équipe et adhèrent aux valeurs qu’on a mises en place pour les aider dans leur cheminement comme athlètes, mais aussi comme individus. »

« Je dis souvent à mes joueurs : “Tu aimes le football, mais le football ne t’aime pas nécessairement !” Ce n’est qu’une toute petite minorité de joueurs qui auront la possibilité de tenter leur chance chez les professionnels, et ça risque de n’être que pour quelques saisons. La partie la plus importante de ce qu’ils font ici pendant quatre ou cinq ans, c’est leur éducation. »

Une expérience d’équipe

Les équipes sportives masculines de l’Université McGill n’ont pas de nom cette saison. L’appellation « Redmen » a été définitivement abandonnée au terme d’un débat ayant duré plus de 25 ans, et la direction a mis en place un processus destiné à trouver un nouveau nom à temps pour la saison 2020-2021.

« Pour nous, ça ne change rien, assure Hilaire. Ce qui compte, ce sont les valeurs représentatives de l’institution, l’expérience que les jeunes vivent, sur le campus, sur le terrain, dans le vestiaire. C’est de ça qu’ils vont se souvenir dans 20 ou 30 ans, c’est de ça que se souviennent tous ceux qui ont eu la chance de faire partie de nos programmes sportifs depuis plusieurs décennies. »

On parlait plus haut de la diversité des joueurs de l’équipe, et Hilaire en est fier. « Les gars viennent de partout et c’est le football qui les réunit. Je suis content de voir qu’il n’y a pas de cliques dans l’équipe, les jeunes se tiennent avec les vieux, les anglophones avec les francophones. Et tous sont fiers de représenter McGill. »

Programme double sur la montagne

Hilaire et son équipe ont eu droit à une semaine supplémentaire de préparation et entameront leur saison aujourd’hui, contre les Stingers de Concordia, une équipe qui en a surpris plus d’un vendredi dernier en limitant les Carabins de l’Université de Montréal à un gain de 10-3. Les deux équipes se disputeront la Coupe Shaughnessy, une belle tradition entre elles, qui donne souvent lieu à des matchs exaltants.

De l’autre côté du mont Royal, les Carabins seront les hôtes du Vert & Or de Sherbrooke, une formation en reconstruction. Peu convaincante la semaine dernière à Concordia, l’attaque des Bleus devrait être plus productive devant ses partisans.

Les matchs du jour 
Concordia c. McGill, stade Percival-Molson, 16 h
Sherbrooke c. Montréal, CEPSUM, 19 h

Collégial D1

Coup dur pour Grasset

Les Spartiates du Vieux Montréal et le Phénix de Grasset ont amorcé la saison de football collégial en force avec des victoires convaincantes à Lennoxville et à Québec. Le Phénix, qui l’a emporté facilement à Limoilou, 44-3, a toutefois subi un coup très dur avec la sortie du quart-arrière étoile Jonathan Sénécal, tôt dans le match, à la suite d’une blessure à un genou (on craint une déchirure ligamentaire). Celui qui s’est déjà engagé avec l’Université du Connecticut l’année prochaine avait la possibilité de réécrire le livre des records de la D1 cette saison, mais il devra sans doute plutôt s’attaquer à une longue réadaptation.

PHOTO FOURNIE PAR JEAN-FRANÇOIS LEDUC

Jonathan Sénécal, du Phénix de Grasset 

De leurs côtés, les Spartiates ont été impressionnants dans un gain de 54-0 à Champlain-Lennoxville. Saint-Jean-sur-Richelieu, Garneau et Notre-Dame-de-Foy se sont aussi imposés en lever de rideau. Cette semaine, le Vieux Montréal est à Notre-Dame-de-Foy dans le seul match entre deux équipes invaincues.