(Montréal) Les Alouettes de Montréal avaient accordé 608 verges à l’attaque des Eskimos d’Edmonton lors de la première rencontre de la saison. L’orgueil des joueurs en défense ne leur permettait pas une deuxième sortie du genre.

Frédéric Daigle
La Presse canadienne

Ils ont coupé cette production de moitié samedi. Cette fois-ci, les Eskimos ont été limités à 320 verges au total, soit 15 de moins que les Alouettes, qui ont inscrit une victoire de 20-10, une troisième consécutive, devant 16 137 spectateurs au stade Percival-Molson.

« Nous nous sommes améliorés de match en match depuis ce premier duel, a expliqué le maraudeur Taylor Loffler. Ça a vraiment paru (samedi). Nous avons été en mesure de mieux analyser le travail de (Trevor) Harris. »

« C’est plutôt incroyable d’avoir contenu cette puissante attaque, a pour sa part souligné l’entraîneur-chef Khari Jones. Je suis époustouflé par ce qu’ils ont accompli (samedi). […] C’était amusant à voir. Je sais que les gars en défense ont eu du plaisir, surtout après le match qu’ils ont connu contre eux la dernière fois. »

Le quart des Eskimos (3-2) avait amassé 447 verges par la passe en début de saison. Il a cette fois été limité à 271 verges sur 29 passes complétées en 43 tentatives, mais surtout, il a été intercepté en deux occasions.

Sans être spectaculaire, le quart Vernon Adams fils a de nouveau mené l’attaque des Alouettes (3-2) avec efficacité, complétant 15 de ses 22 passes pour 191 verges et un touché. Il a bel et bien été intercepté en deux occasions, mais ces revirements ont été annulés par des pénalités commises par la défense des Eskimos.

Une performance, faut-il le rappeler, réussie sans les deux principaux receveurs de l’équipe, DeVier Posey et B. J. Cunningham.

« C’est aux suivants de produire, a temporisé Adams. Nous sommes tous des professionnels. Tous les receveurs doivent savoir ce que font DeVier et B. J. Ils doivent étudier tous les jeux et être prêts chaque semaine. On ne sait pas quand notre nom va être appelé. »

Vernon a d’ailleurs réussi le premier touché de la rencontre sur un jeu truqué. L’autre majeur des vainqueurs a été inscrit par Jake Wieneke. Boris Bede a complété la marque avec des placements de 10 et de 21 verges.

La réplique des Eskimos est venue du pied de Sean Whyte, qui a réussi des placements de 17, 34, 48 verges. Il a par contre frappé le montant sur 47 verges et raté une autre tentative avec un peu plus de deux minutes à faire pour se contenter d’un simple.

C’est la première fois depuis les trois derniers duels de la saison 2016 que les Alouettes signent trois victoires consécutives, et la première fois depuis août 2017, face aux Argonauts de Toronto, que l’équipe n’accorde pas de touché.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Touché de Jake Wieneke (9) avec Eugene Lewis (87) et Quan Bray (4) des Alouettes

La défense a été à ce point pingre que le plus long jeu des Eskimos — jusqu’à une passe et course de 49 verges au quatrième quart — avait été obtenu sur une pénalité pour obstruction offensive de 38 verges pour amener le ballon à la ligne de 10 des locaux au deuxième quart. Malgré tout, les Eskimos ont dû se contenter d’un placement de Whyte pour inscrire leurs trois premiers points du match.

Les Alouettes se sont inscrits les premiers sur un jeu surprise, au premier quart. Après avoir cueilli la remise de Kristian Matte, Adams a donné le ballon à William Stanback, qui s’est dirigé vers sa droite. Mais au lieu de poursuivre sa course, il a remis le ballon à Eugene Lewis, qui a rejoint Adams sur une passe et course de 21 verges pour le majeur.

« André Bolduc a dessiné ce jeu, a raconté Jones. Nous l’avons pratiqué à l’entraînement, avec bien peu de succès. J’ai alors décidé que je ne le retenterais que dans un match.

“Vernon est très fier de ses mains et Eugene — un ancien quart au secondaire — est bien fier de ses talents de passeur. J’ai trouvé que c’était le moment de mettre tout ça en jeu. »

« Tout ce à quoi je pensais, c’est de ne pas échapper le ballon, a indiqué Adams. Après, je savais que j’allais marquer. »

Sur la séquence suivante, c’est de nouveau la défense des Oiseaux qui s’est signalée. Greg Reid a intercepté une passe de Harris, mettant fin à sa séquence de 228 passes tentées sans interception.

Avec la marque à 10-6 au retour de la mi-temps, les Eskimos sont revenus avec une longue poussée de huit jeux et 51 verges pour se rapprocher à un point seulement des Alouettes, sur le troisième placement du match de Whyte.

Mais dès la séquence suivante, les Alouettes ont scié les jambes des Eskimos en franchissant le terrain pour ajouter sept points grâce au touché de Wieneke, sur une passe de quatre verges d’Adams et la transformation de Bede.

Avec 13 : 44 à jouer les officiels ont interrompu la rencontre en raison des conditions climatiques. Le ciel noircissant a alors craché quelques éclairs et les deux équipes ont retraité vers leur vestiaire pendant 25 minutes. À la reprise, Bede a complété le pointage avec son deuxième placement du match.

Les Alouettes bénéficieront maintenant d’une pause avant de reprendre l’action le 2 août, en accueillant le Rouge et Noir d’Ottawa.