• Accueil > 
  • Sports > 
  • Football 
  • > Alouettes: Sherman congédié, la porte est ouverte pour Maciocia? 
Source ID:7a68cba6c4be30398d8e957ba643151d; App Source:StoryBuilder

Alouettes: Sherman congédié, la porte est ouverte pour Maciocia?

Mike Sherman n'aura fait qu'une saison avec les... (PHOTO COLE BURSTON, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Mike Sherman n'aura fait qu'une saison avec les Alouettes.

PHOTO COLE BURSTON, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Robert et Andrew Wetenhall avaient très peu de patience avec leurs entraîneurs-chefs lorsqu'ils étaient propriétaires des Alouettes. Leur départ n'a manifestement rien changé à cet égard.

L'annonce du congédiement de Mike Sherman, hier matin, en a étonné beaucoup, ne serait-ce qu'en raison du timing. Si on avait à trouver la pire des 52 semaines d'une année pour changer d'entraîneur-chef, ce serait en plein celle-ci : tout juste après le camp d'entraînement, tout juste avant le début de la saison.

Or, on ne devrait peut-être pas trop s'étonner de la décision des Alouettes. Lorsqu'il a été embauché en décembre 2017, Sherman était l'homme des Wetenhall. Le DG Kavis Reed a respecté leur volonté et a convaincu Sherman, ancien entraîneur-chef dans la NFL avec les Packers de Green Bay, notamment, de sortir de sa demi-retraite afin de relever l'énorme défi d'apprendre le jeu canadien. Ce n'est jamais évident, a fortiori lorsqu'on est au milieu de la soixantaine...

C'est donc probablement ce qui explique l'étrange timing. Sherman n'a jamais été l'homme de Reed. À la suite du départ des Wetenhall, le DG a voulu tenter un dernier coup afin d'ultimement sauver son propre poste en nommant Khari Jones entraîneur-chef par intérim. Jones était le coordonnateur offensif de l'équipe et occupera les deux fonctions à partir de maintenant.

Lors d'une conférence téléphonique, hier après-midi, Reed a soutenu qu'il s'agissait d'une décision prise d'un commun accord et que Sherman avait reconnu que son adaptation au jeu canadien ne s'était pas effectuée aussi rapidement qu'il l'aurait souhaité.

« Mike a été honnête en analysant où il se trouvait par rapport au jeu de la LCF. Il lui aurait fallu plus de temps pour continuer d'apprendre, et ça nous aurait ralentis. »

- Kavis Reed, DG des Alouettes

Une chaise pour Maciocia ?

La Ligue canadienne de football a donné son aval à la décision des Alouettes. En tant que propriétaire, c'est elle qui supervise actuellement les opérations du club.

Les Alouettes ont soutenu que le changement d'entraîneur-chef n'avait rien à voir avec la vente imminente de la franchise. Mais une autre hypothèse mérite à tout le moins d'être évoquée : Reed et les Alouettes se sont-ils positionnés pour accueillir Danny Maciocia ?

Selon les informations qui circulent, le commissaire de la LCF, Randy Ambrosie, souhaite ardemment que Maciocia fasse partie du plan de relance des Alouettes une fois qu'ils auront été vendus. Les Alouettes lui réservent-ils une chaise ? Simple hypothèse, qui n'est peut-être toutefois pas si farfelue.

La porte est maintenant ouverte pour Danny Maciocia... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

La porte est maintenant ouverte pour Danny Maciocia chez les Alouettes.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Adaptation difficile

Il était assez évident que Sherman avait de la difficulté à se démêler dans la LCF, qui a ses mille et une particularités.

En effet, Sherman avait souvent l'air dépassé sur les lignes de côté. Il était même hésitant lorsque les journalistes lui demandaient de parler de certains joueurs, comme s'il ne savait trop de qui on lui parlait... Pas facile.

Sherman n'a jamais été considéré comme un grand stratège, même au sud de la frontière. On s'attendait plutôt à ce qu'il instaure de la discipline chez les Alouettes, et c'est ce qu'il a fait. L'équipe travaillait fort et semblait sur la bonne voie.

Hier, Reed a indiqué que la décision n'avait rien à voir avec le personnel des joueurs, à savoir que les deux hommes voyaient généralement les choses du même oeil. « Nous avions une vision très similaire à ce sujet, on faisait essentiellement la même lecture quant à nos joueurs. »

Le DG a également dit qu'il n'y avait pas de mutinerie qui se préparait, contrairement à ce qui a été rapporté dans d'autres médias. Il est d'ailleurs très peu probable que les joueurs du club n'aimaient pas Sherman. L'effort et la bonne humeur étaient au rendez-vous durant le camp.

Huit entraîneurs en six ans

Toujours est-il que c'est maintenant à Jones que reviendra la mission de diriger une équipe qui a raté les éliminatoires quatre années de suite, et ce, en plus de devoir diriger une attaque fragile.

« Si j'en avais eu le choix, c'est de cette façon que j'aurais choisi de le faire. Je pourrai compter sur de très bons adjoints », a dit Jones, hier.

Jones sera le septième entraîneur-chef de l'équipe depuis le départ de Marc Trestman après la saison de 2012. Dan Hawkins, Jim Popp, Tom Higgins, Popp une deuxième fois, Jacques Chapdelaine, Reed et Sherman ont tous été incapables de ramener les Alouettes au niveau qu'ils avaient maintenu de 1997 à 2012. Tous ces changements d'entraîneur-chef en un peu plus de six ans, ce n'est pas tout à fait la recette idéale pour gagner des championnats.

« J'aime l'équipe que Kavis a construite. Avec les entraîneurs et les joueurs que nous possédons, je crois que nous pouvons gagner dès maintenant », a estimé Jones.

C'est possible, mais ça fait huit fois qu'on l'entend, celle-là. À quand la neuvième ? La semaine prochaine ?




la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer