Les Alouettes et les Stampeders se retrouvent aujourd’hui au stade Percival-Molson. L’entraîneur-chef Khari Jones assure qu’il n’y aura pas de débordements comme la dernière fois.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

La dernière fois que les Alouettes et les Stampeders se sont affrontés, le 17 août à Calgary, les hostilités s’étaient amorcées dès la période d’échauffement. Les deux équipes s’étaient chamaillées au milieu du terrain et quelques coups avaient même été portés, notamment par le demi de coin Tommie Campbell.

Les Stampeders seront de passage au stade Percival-Molson, aujourd’hui (16 h), et les Alouettes assurent qu’il n’y aura pas de débordements comme la dernière fois.

« Il n’y aura pas de bagarre, je peux vous l’assurer. On va rester dans notre coin et ils feront la même chose. Les seules batailles qu’il y aura se feront entre les lignes blanches et durant le match », a affirmé l’entraîneur-chef Khari Jones, hier.

« On devra rester disciplinés et se concentrer uniquement sur notre travail », a ajouté Jones, qui a pris soin de dire à ses joueurs qu’il ne voulait pas voir un épisode similaire à celui du mois d’août.

« Plusieurs de nos joueurs ont déjà joué pour les Stampeders, alors je suis sûr que cela a joué. Je pense toutefois qu’il s’agissait d’un incident isolé. D’ailleurs, rien ne s’est produit durant la partie et j’en suis heureux. »

Jones était sûrement encore plus heureux du résultat final. Ce soir-là, les Alouettes avaient effacé un retard de 11 points à la fin du quatrième quart et l’avaient finalement emporté, 40-34, en prolongation.

Sauf que le meilleur joueur des Stampeders ne jouait pas lors de ce match. Blessé, Bo Levi Mitchell avait regardé l’action des lignes de côté alors que c’est le quart substitut Nick Arbuckle qui dirigeait l’attaque des champions en titre.

PHOTO SERGEI BELSKI, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Bo Levi Mitchell

Les Stampeders n’ont pas perdu depuis leur défaite contre les Alouettes, et le retour au jeu de Mitchell y est pour beaucoup. Après un début de saison en demi-teinte, les Stampeders ressemblent de plus en plus à l’équipe qui a dominé la Ligue canadienne depuis maintenant plus d’une décennie.

« Cette équipe est toujours solide lorsqu’on l’affronte, je ne crois pas qu’il y ait eu un relâchement plus tôt dans la saison. Mais Bo Levi Mitchell est de retour et on sait tous ce qu’il peut apporter », a reconnu Jones.

« On sait à quoi s’attendre de leur part, mais on a une très bonne équipe, nous aussi. Je pense qu’on peut tenir notre bout et faire belle figure contre n’importe quelle équipe dans cette ligue. »

Adams fils frais et dispos

Suspendu pour le match de samedi dernier à Vancouver, Vernon Adams fils se mesurera à Bo Levi Mitchell pour la toute première fois de sa carrière.

« Ce sera une belle occasion pour nous de remporter une victoire à ses dépens. Il est un très bon quart-arrière, et lui et moi sommes allés à la même université [Eastern Washington]. J’aurai donc beaucoup de plaisir à disputer cette partie », a commenté Adams fils, qui dit être frais et dispos après un congé de deux semaines.

J’étais passablement souffrant après le match contre Winnipeg [le 21 septembre], comme ce ne m’était jamais arrivé depuis le début de ma carrière. Alors au bout du compte, c’est peut-être tant mieux si j’ai raté le match en Colombie-Britannique.

Vernon Adams fils

Comme son entraîneur, Adams fils a également parlé de l’importance de jouer avec discipline. Joueur émotif, il peut se laisser emporter, comme on a pu le constater lors de son altercation avec Adam Bighill d’il y a deux semaines qui lui a valu sa suspension.

« Je suis sûr qu’il y aura de l’animosité à cause de ce qui s’est passé la dernière fois qu’on a joué contre les Stampeders, mais on devra garder notre calme. La seule façon dont ils pourront nous vaincre, c’est en nous faisant perdre le contrôle de nos émotions et notre concentration. On devra suivre notre plan de match à la lettre et limiter nos erreurs à un minimum. »

Adams fils jouera devant une spectatrice attentive cet après-midi. Sa mère Desirae sera présente au stade Percival-Molson. « De façon générale, j’ai bien joué lorsqu’elle assistait à mes matchs par le passé, mais je ne veux pas m’attirer la guigne. On verra bien de quelle façon je jouerai. »

Une défense amochée

Au fil des semaines, les Alouettes ont perdu plusieurs joueurs clés en défense cette saison. Le maraudeur Taylor Loffler en août et, plus récemment, le secondeur Chris Ackie et le demi défensif Ciante Evans.

L’un des bons joueurs défensifs de l’équipe depuis le début de la campagne, Greg Reid, n’est pas préoccupé par la liste des blessés qui s’allonge. Le demi défensif admet cependant que l’absence de certains joueurs se fait sentir.

« Comme le reste de l’équipe, je suis convaincu que les joueurs qui ont remplacé ces blessés seront capables de faire le travail. Mais ce sont tout de même des joueurs de premier plan qu’on a perdus. »

Le facteur le plus important à mes yeux, c’est qu’on a perdu beaucoup d’expérience à cause de ces blessures.

Greg Reid

La clé pour la défense des Alouettes sera de gêner Bo Levi Mitchell autant que possible. « Peu importe qui sont les receveurs des Stampeders, c’est lui qui donne le rythme à l’attaque. Alors si on peut le déranger derrière la ligne de mêlée, nos chances de l’emporter seront bien meilleures », croit Jones.

En analysant le jeu du quart étoile des Stampeders, Reid a vu certaines similitudes entre ce dernier et Tom Brady, des Patriots de la Nouvelle-Angleterre. « Il a beaucoup de confiance en ses receveurs et il est méthodique dans ses lectures de jeu. Il lance toujours le ballon là où le dicte le système de jeu et il est très semblable à Tom Brady à cet égard », a dit Reid.

Nouveau « retourneur »

C’est un nouveau membre des Alouettes, Mario Alford, qui sera leur spécialiste des retours de bottés cet après-midi. Il disputera son premier match avec l’équipe.

« Nous avons aimé ce que nous avons vu de sa part jusqu’à maintenant. Il ajoutera un élément à notre équipe avec sa capacité à réussir de longs jeux. Il est plus rapide que la plupart des joueurs », a décrit Jones.

C’est le receveur Chris Matthews qui devra céder sa place dans la formation. Absents plus tôt cette semaine, l’ailier défensif Antonio Simmons et le botteur Boris Bede seront quant à eux à leur poste.

Prochain match : Stampeders de Calgary c. Alouettes, aujourd’hui (16 h), au stade Percival-Molson