Tom Brady a aidé les Patriots de la Nouvelle-Angleterre à combler un déficit de trois touchés en générant 49 points de suite, dimanche, et ils ont finalement vaincu les Bills de Buffalo 49-21.

Mis à jour le 1er janv. 2012
Howard Ulman ASSOCIATED PRESS

Les Patriots se sont ainsi assurés de l'avantage du terrain tout au long des séries éliminatoires dans l'Association américaine.

Brady a aussi conclu la saison régulière avec le deuxième plus haut total de verges de gains par la voie aérienne dans l'histoire de la NFL (5235), après en avoir engrangées 338 dimanche.

«J'adore être témoin de nos performances lorsqu'on offre 60 bonnes minutes de football, a reconnu Brady. Aujourd'hui (dimanche), on en a offert 45, mais c'était quand même mieux que les 30 de la semaine dernière.

«Et puis, je joue au football pour une seule raison, et c'est gagner, a poursuivi Brady. Je ne songe pas à cela, en me disant «wow, j'adore lancer des passes de touché', ou «j'adore gagner des verges par la passe'. J'aime gagner, et ça m'aide à dormir la nuit.»

Le quart des Saints de La Nouvelle-Orléans Drew Brees, qui a brisé la semaine dernière la marque de 5084 établie par Dan Marino avec les Dolphins de Miami en 1984, a pour sa part ajouté 389 verges à sa fiche dimanche - bouclant ainsi sa saison avec 5486 verges de gains.

Les Patriots (13-3) ont terminé la campagne avec huit gains consécutifs. Cependant, pour la deuxième fois d'affilée, ils ont accusé un déficit tôt dans la rencontre. Ils avaient vaincu les Dolphins 27-24 après avoir tiré de l'arrière 17-0 à la mi-temps, puis sont venus de l'arrière après que les Bills (6-10) eurent marqué des touchés sur leurs trois premières possessions, suscitant les huées de la foule.

Tout ça a changé lorsque les Patriots se sont mis à dominer leurs adversaires pour les trois quarts suivants.

Mais les visages étaient longs en début de match pour les Patriots, qui ont mérité le titre de favoris de l'Américaine en dépit d'une défensive qui a établi un record de ligue pour le plus haut total de verges concédées par la passe (4727). La marque précédente de 4541 appartenait aux Falcons d'Atlanta, en 1995.

Les Bills ont pris les devants 21-0 au premier quart à la suite d'une course de quatre verges de Tashard Choice et une passe de touché de 18 verges de Ryan Fitzpatrick à Stevie Johnson, et de 15 verges à C.J. Spiller.

Johnson a été pénalisé pour conduite antisportive lorsqu'il a soulevé son chandail pour afficher les mots «Bonne année» sur un gaminet. Après cela, il a été cloué au banc par l'entraîneur-chef Chan Gailey.

«Je ne pensais pas que j'allais écoper d'une pénalité», a timidement déclaré Johnson.

«L'entraîneur m'a dit que je ne retournerais plus sur le terrain. Je dois respecter sa décision, a dit Johnson, qui a capté quatre passes pour 40 verges et qui est devenu le premier ailier espacé des Bills à connaître deux saisons consécutives de plus de 1000 verges de gains. Je ne peux pas me plaindre, hurler ou bouder. Il a pris sa décision et je dois l'accepter... je dois l'accepter, et c'est ce que je ferai.»

La passe à Spiller a permis à Fitzpatrick de porter à 13 passes complétées en 16 tentatives pour 156 verges de gains et deux touchés ses statistiques dimanche. À ce moment-là, Brady n'avait décoché que deux passes, incomplètes.

Il a bouclé la rencontre avec 23 passes en 35 opportunités pour trois majeurs - dont deux à Rob Gronkowski - et une interception. Fitzpatrick a été 29-en-46 pour 307 verges, deux touchés et quatre interceptions.

Le match, a résumé Fitzpatrick, «fut à l'image de notre saison. Ç'a bien commencé avec 21 points et de bonnes choses en attaque... mais lorsque Stevie a été cloué au banc et que Scott (Chandler) est tombé au combat (blessure au genou), le vent a changé de côté. Ça nous a ralentis.»