DeMaurice Smith a été élu à titre de directeur exécutif de l'Association des joueurs de la Ligue nationale de football, en relève à Gene Upshaw, décédé d'un cancer du pancréas en août 2008.

Jaymes Song ASSOCIATED PRESS

Smith, un avocat qui a oeuvré à Washington, a été élu dimanche et est devenu le quatrième directeur exécutif des 41 ans d'histoire de l'AJLNF.

«Mettons-nous au travail», a lancé Smith, après l'annonce du vote, tenu derrière des portes closes.

Smith était l'un des quatre candidats encore en lice, et il a été préféré aux anciens joueurs Troy Vincent et Trace Armstrong, deux anciens présidents de l'AJLNF, et à l'avocat David Cornwell.

Smith n'a aucune expérience en matière de droit du travail, mais il a des liens avec le président Barack Obama et a aussi travaillé en compagnie du procureur général Eric Holder.

Au fil des prochains mois, Smith amorcera des pourparlers avec la NFL après que les propriétaires d'équipes eurent choisi de se retirer de la convention collective, l'an dernier. Si les deux parties n'en viennent pas à une entente d'ici deux ans, la NFL pourrait être frappée d'un conflit de travail en 2011.

Les pourparlers sont d'autant plus importants que la NFL n'a pas été épargnée par la crise économique mondiale, au point de menacer l'habileté de la ligue de générer ses propres revenus. Les propriétaires estiment que l'entente actuelle favorise trop les joueurs, qui reçoivent environ 60 pour cent des revenus.

L'AJLNF a répliqué en rappelant que la valeur moyenne des équipes est passée de 288 millions $ à 1,04 milliard $ dans un intervalle de dix ans, soit une hausse d'environ 14 pour cent par année.

Le commissaire Roger Goodell a déjà laissé miroiter la possibilité d'imposer un plafond salarial aux recrues, ce qui aurait pour effet de réduire de façon radicale les imposants contrats accordés à des choix de premier tour n'ayant encore rien prouvé dans la NFL.

Smith devra aussi s'attarder sur le conflit grandissant entre le syndicat et les joueurs à la retraite, dont plusieurs se sentent laissés pour compte. D'anciennes grandes vedettes, notamment Mike Ditka, Herb Adderley et Joe DeLamielleure, tous trois membres du Temple de la renommée, ont maintes fois critiqué le syndicat dans les dossiers des indemnités de maladie et du régime de retraite qui rapporte à certains anciens joueurs quelques centaines de dollars par mois.