(Paris) Le Tour de France 2020 est plus montagneux que ces dernières années, estime son directeur Christian Prudhomme, sans qu’il y ait volonté de durcir le parcours.

Agence France-Presse

« La volonté était de varier », explique à l’AFP le directeur du Tour. « On est complètement à l’est d’une ligne Pays basque/Alsace où tous les massifs montagneux français sont concentrés. C’est juste une histoire de géographie ».

Deux cols à plus de 1500 mètres dès le premier week-end, ce n’est pas arrivé depuis quarante ans, on n’était jamais monté aussi vite aussi haut »,

Le directeur du Tour de France Christian Prudhomme.

« On aura au maximum deux étapes de plaine consécutives, ce qu’on essaye de faire ces dernières années. Il y a une volonté de recherche de dynamisme, en réduisant la longueur des étapes. Une seule étape à plus de 200 kilomètres, ça n’a pas dû arriver souvent ».

Trop dur ?

Le Tour 2020 est-il trop dur ? « Il sera ce que les coureurs en feront », répond Christian Prudhomme. « Je vais reprendre la réponse de Bernard Hinault. À la question : “quel est le col le plus dur ? ”, il répond : “celui où tu te sens mal” ».

« Le Tour est différent chaque année, rappelle son directeur. L’aspect sportif naturellement est primordial, mais il y a aussi la volonté d’aller régulièrement dans chacune des régions de France une fois tous les cinq ou six ans ».

L’année prochaine, après le départ en Bretagne, le Tour promet pour les quatre premières étapes une entame sensiblement différente. Tout comme l’édition 2022 qui s’élancera de Copenhague.

Les principales difficultés du parcours (entre parenthèses, l’altitude au sommet) :

Le Tour de France 2020 comporte vingt-neuf cols ou côtes classées en deuxième, première ou hors catégorie. Quatre étapes en ligne se terminent par des arrivées au sommet : deux dans les Alpes, à Orcières-Merlette et au col de la Loze, une dans le Massif Central, au Puy Mary, une dans le Jura, au Grand Colombier.

Il faut ajouter deux autres arrivées en altitude, une dans les Cévennes (Mont Aigoual) et une autre dans les Alpes (Villard-de-Lans), ainsi qu’un contre-la-montre dans les Vosges, à La Planche des Belles Filles.

2e étape (Nice) :

col de la Colmiane (1500 m) : 16,3 km à 6,3 %, 1re catégorie

col de Turini (1607 m) : 14,9 km à 7,4 %, 1re cat.

col d’Eze (490 m) : 7,8 km à 6,1 %, 2e cat.

4e étape (Orcières-Merlette) :

Orcières-Merlette (1825 m) : 7,1 km à 6,7 %, 1re cat.

6e étape (Mont Aigoual) :

col de la Lusette (1351 m) : 11,7 km à 7,3 %, 1re cat.

Mont Aigoual (1560 m) : 8,3 km à 4 %, pas de classement

8e étape (Loudenvielle) :

col de Menté (1349 m) : 6,9 km à 8,1 %, 1re cat.

port de Balès (1755 m) : 11,7 km à 7,7 %, hors cat.

col de Peyresourde (1569 m) : 9,7 km à 7,8 %, 1re cat.

9e étape (Laruns) :

col de la Hourcère (1440 m) : 11,1 km à 8,8 %, 1re cat.

col de Marie-Blanque (1035 m) : 7,7 km à 8,6 %, 1re cat.

12e étape (Sarran) :

Suc au May 903 m) : 3,8 km à 7,7 %, 2e cat.

13e étape (Puy Mary) :

col de Ceyssat (1078 m) : 10,2 km à 6,1 %, 1re cat.

montée de La Stèle (1250 m) : 6,8 km à 5,7 %, 2e cat.

col de Néronne (1242 m) : 3,8 km à 9,1 %, 2e cat.

Puy Mary (1589 m) : 5,4 km à 8,1 %, 1re cat.

14e étape (Lyon) :

col du Béal (1390 m) : 10,2 km à 5,6 %, 2e cat.

15e étape (Grand Colombier) :

montée de la Selle de Fromentel (1174 m) : 11,1 km à 8,1 %, 1re cat.

col de la Biche (1325 m) : 6,9 km à 8,9 %, 1re cat.

Grand Colombier (1501 m) : 17,4 km à 7,1 %, hors cat.

16e étape (Villard-de-Lans) :

col de Porte (1326 m) : 7,4 km à 6,8 %, 2e cat.

côte de Revel (752 m) : 6 km à 8 %, 2e cat.

montée de Saint-Nizier-du-Moucherotte (1169 m) : 11,1 km à 6,5 %, 1re cat.

Villard-de-Lans côte 2000 : 2,2 km à 6,5 %, 3e cat.

17e étape (Méribel col de la Loze) :

col de la Madeleine (2000 m) : 17,1 km à 8,4 %, hors cat.

col de la Loze (2304 m) : 21,5 km à 7,8 %, hors cat.

18e étape (La Roche-sur-Foron) :

Cormet de Roselend (1968 m) : 18,6 km à 6,1 %, 1re cat.

col des Saisies (1650 m) : 14 km à 6,4 %, 2e cat.

col des Aravis (1487 m) : 6,7 km à 7 %, 1re cat.

montée du plateau des Glières (1390 m) : 6 km à 11,2 %, hors cat.

20e étape (La Planche des Belles Filles) :

La Planche des Belles Filles (1035 m) : 5,9 km à 8,5 %, 1re cat.