«Nous avions opté pour des réglages pour le sec. Les radars indiquaient qu'il n'y aurait pas de pluie pendant la course, a précisé Tagliani. La pluie est venue chambarder pas mal nos affaires.»

Marc Delbès

«Nous avions opté pour des réglages pour le sec. Les radars indiquaient qu'il n'y aurait pas de pluie pendant la course, a précisé Tagliani. La pluie est venue chambarder pas mal nos affaires.»

Même si les conditions climatiques ont permis de nombreux rebondissements, Tagliani estime qu'on aurait peut-être eu droit à une meilleure course sur le sec.

«Avant la pluie, ça commençait à brasser pas mal. En entrant dans les virages 8 et 12, plusieurs tentaient des dépassements.»

Il explique le peu d'action qui a marqué le début de l'épreuve par le fait que tout le monde était en mode économie de carburant.

«Ici, les trois ravitaillements prévus auraient été un peu juste s'il n'y avait pas eu de neutralisation. C'est pourquoi tout le monde ménageait son carburant au début. Après la première séquence d'arrêts, tout le monde allait augmenter la cadence.»

Tagliani a par ailleurs effectué un beau dépassement quand il a doublé son coéquipier Justin Wilson par l'extérieur au virage no 7 au 51e tour.

«J'espérais que ça tienne sinon ce n'aurait pas été drôle.»

En bref

Cette première expérience du Champ Car au circuit Mont-Tremblant a semble-t-il comblé les organisateurs et dirigeants de la série.

Un total de 42 000 spectateurs se sont rendus sur le circuit des Laurentides pour les trois jours de l'événement, dont entre 20 000 et 25 000 pour la course de dimanche.

«Nous n'avions pas d'objectif d'assistance pour cette première présentation. Nous voulions que les gens repartent avec le sourire, a révélé le directeur général François Dumontier. Je pense que c'est le cas avec tous les commentaires que j'ai reçus de la part des amateurs. Le déménagement du Champ Car à Tremblant, c'était la bonne décision.»

Le président et chef de la direction de la série Champ Car était enchanté de cette première édition.

«Nos attentes ont été surpassées, a dit Steve Johnson. Les amateurs sur le circuit sont souvent nos plus sévères critiques et, comme l'a mentionné François, ils ont tous quitté avec le sourire. Je pense que nous avons un bel avenir ici. Nous avons eu droit à une de nos courses les plus excitantes.»