Le manufacturier italien Pirelli fournira comme l'an dernier des pneus secs de spécification «tendre» et «super-tendre» aux 11 écuries participant dimanche au 71e Grand Prix de Monaco de Formule 1, dont les premiers essais libres sont prévus jeudi matin dans les rues de la Principauté.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Les logos Pirelli et PZéro (le type de pneus) seront peints en jaune sur les pneus tendres (Soft) et en rouge sur les super-tendres (Super-Soft).

Monaco est à la fois le circuit le plus court (3,340 km), le plus lent et le plus sinueux du calendrier, rappelle Pirelli. Dépasser y est difficile et la montée en température rapide des pneumatiques, ainsi qu'un important niveau d'adhérence venant des pneus y sont donc essentiels.

La dégradation et l'usure y sont également les plus faibles de l'année: un maximum de deux arrêts aux stands par monoplace devrait donc être la norme (contre quatre arrêts en moyenne à Barcelone, lors du Grand Prix d'Espagne), prévoit le manufacturier italien.

Comme les premiers essais libres se déroulent le jeudi, et non le vendredi, l'évolution de la piste est conséquente, celle-ci étant ré-ouverte au trafic routier en soirée.

«On a déjà vu des pilotes essayer des stratégies complètement différentes dans le passé et arriver très rapprochés à l'arrivée», rappelle Paul Hembery, le directeur de Pirelli Compétition, pour qui «la stratégie sera encore plus importante que d'habitude».

Pirelli a mis au point pour l'ensemble de la saison quatre types de pneus pour conditions sèches: dur, medium, tendre et super-tendre. Seuls deux types de pneus secs sont à disposition des écuries à chaque Grand Prix, en plus des pneus intermédiaires et des pneus pluie dont l'utilisation dépend de la météo.

Ce n'est qu'à partir du prochain Grand Prix, au Canada (9 juin), que Pirelli fournira aux écuries des pneus aux structures et gommes légèrement modifiées pour raisons de sécurité, afin d'éviter les déchapages spectaculaires observés notamment à Bahreïn et en Espagne, lors des deux derniers Grands Prix.