La saison 2020 du Championnat du monde de Formule 1 a pris fin dimanche à Abou Dabi sur une rare défaite de l’équipe Mercedes et de son septuple champion Lewis Hamilton. Le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull) a en effet dominé le Grand Prix de bout en bout et il s’est nettement imposé devant le Finlandais Valtteri Bottas et Hamilton.

Michel Marois Michel Marois
La Presse

« Je m’attendais à une course très difficile, mais nous avons parfaitement géré la situation, avec notamment un arrêt sans faute lors de la sortie de la voiture de sécurité [dès le 10e des 55 tours], a souligné le pilote de 23 ans après sa victoire. En fait, je n’ai jamais senti la pression des Mercedes, ce qui est une excellente sensation après toutes ces courses derrière elles.

« Cette performance, après celle des qualifications, montre que nous pouvons vraiment rivaliser pour le titre et ce sera important de garder cet élan afin de bien amorcer la prochaine saison. »

PHOTO HAMAD I MOHAMMED, REUTERS

Max Verstappen

De retour au volant après avoir contracté la COVID-19, Hamilton a signé une performance courageuse pour prendre le troisième rang, tout juste derrière son coéquipier, après avoir résisté à un retour d’Alex Albon, l’autre pilote de Red Bull, en fin de course.

« Cela a vraiment été une épreuve difficile physiquement, je suis très heureux qu’elle soit terminée, a reconnu Hamilton en point de presse. La bonne nouvelle, c’est que je suis allé au bout, ce que je n’aurais pas cru possible il y a quelques jours. Je suis reconnaissant d’avoir retrouvé la santé et j’ai hâte de reprendre l’entraînement, plus tard cet hiver, afin de revenir au sommet de ma forme. »

Le pilote de 35 ans a confirmé qu’il prévoyait renouveler son contrat avec Mercedes au cours des prochains jours et il entend bien s’attaquer en 2021 à la conquête d’un huitième titre, un de plus que Michael Schumacher, qui lui permettrait de détenir pratiquement tous les records individuels en Formule 1.

Une saison, malgré tout

« Il faut vraiment féliciter tous ceux qui ont rendu possible cette saison de 17 épreuves que personne n’aurait cru possible il y a six mois à peine », a rappelé Toto Wolff, patron de l’équipe Mercedes, au terme d’une saison couronnée par un septième titre de suite au Championnat des constructeurs.

« Ç’a été une autre année historique et je tiens à remercier tous les membres de l’équipe. Lewis a encore montré, en revenant comme il l’a fait, pourquoi il était le meilleur pilote de cette époque.

« Et même si nous allons maintenant avoir une pause de plusieurs mois avant le prochain Grand Prix, tout le monde est déjà à pied d’œuvre sur la nouvelle voiture, le nouveau groupe propulseur et la préparation de la saison 2021. Les derniers mois ont été très chargés, mais les prochains le seront aussi, et nous sommes déjà excités d’affronter les défis qui nous attendent. »

Si, en principe, Hamilton et Mercedes partent encore favoris la saison prochaine, la performance de Verstappen a rappelé dimanche qu’ils ne seraient pas seuls en piste. On ne sait toujours pas qui sera le coéquipier du Néerlandais la saison prochaine chez Red Bull, mais l’arrivée possible d’un pilote plus expérimenté – on parle de Sergio Pérez ou de Nico Hülkenberg – pourrait rendre les choses plus intéressantes.

Et il faudra aussi suivre l’arrivée de l’Australien Daniel Ricciardo chez McLaren. L’équipe britannique a brillamment arraché le troisième rang au classement des constructeurs – avec les cinquième et sixième places de Lando Norris et de Carlos Sainz, dimanche à Abou Dabi – et elle pourra miser la saison prochaine sur des groupes propulseurs Mercedes.

De son côté, Sainz regrettera peut-être son transfert chez Ferrari, où il prendra la place de Sebastian Vettel. La Scuderia a connu une saison misérable en 2020, avec une désastreuse sixième place au classement des constructeurs, et rien ne laisse présager qu’elle puisse retrouver sa compétitivité en quelques mois.

Par ailleurs, ce sera intéressant de suivre le retour de Fernando Alonso, dans une équipe Renault rebaptisée Alpine F1, en référence à la division sport de la marque et aux voitures qui ont brillé par le passé en rallyes et aux 24 Heures du Mans.

On suivra évidemment aussi les débuts de Mick Schumacher chez Haas. Le pilote de 21 ans ne disposera pas d’une voiture très compétitive, mais il va pouvoir faire ses classes sans la pression qu’un volant plus prestigieux lui aurait imposée.

Stroll a « beaucoup appris »

Une semaine après le meilleur week-end de son histoire, l’équipe Racing Point a connu un Grand Prix difficile dimanche à Abou Dabi et n’a pu conserver sa troisième place au classement des constructeurs. Lance Stroll s’est contenté de la 10e place après avoir été gêné dans les puits de ravitaillement par Sainz, puis longtemps bloqué derrière Vettel en piste. Et il n’a pu résister au retour d’Esteban Ocon dans le dernier tour.

Déjà privé de Pérez, qui avait abandonné dès le 10e tour, Racing Point se contente donc de la quatrième place au Championnat des constructeurs, avec 195 points, seulement 7 points derrière McLaren. Les 15 points de pénalité perdus en début de saison dans l’affaire des pièces illégales auront donc fini par coûter cher à l’équipe, la différence entre la troisième et la quatrième place au championnat se chiffrant à plusieurs millions.

Stroll termine la saison au 11e rang du championnat des pilotes avec 75 points. « C’est dommage d’avoir perdu la troisième place au classement des constructeurs, parce que tout le monde dans l’équipe la méritait après tout le travail accompli cette saison », a souligné le Montréalais en point de presse.

« Il y a eu de bonnes courses cette saison, mais aussi beaucoup d’occasions ratées. En fait, je suis surtout content du début de la saison. Jusqu’à Monza, j’ai marqué des points dans sept courses consécutives et j’étais quatrième au championnat avec 57 points.

« J’ai ensuite eu une séquence difficile [rough patch] et je n’avais marqué que deux points [en sept courses], avant cette troisième place à Sakhir, la semaine dernière. J’ai attrapé la COVID-19 et, même si je n’ai pas été très malade, j’ai quand même perdu du poids et je n’ai pu m’entraîner pendant presque un mois. Je pense donc avoir bien fait dans les circonstances. »

Même si certains déplorent qu’il conserve son volant dans l’équipe en 2021 au détriment de son coéquipier Pérez, Stroll a démontré cette saison qu’il avait sa place en Formule 1. Deux podiums et une superbe position de tête, en Turquie sous la pluie, ont fait taire ses critiques, même Jacques Villeneuve, qui a salué ses performances.

PHOTO GIUSEPPE CACACE, ASSOCIATED PRESS

Lance Stroll

« Si Jacques a dit ça, je vais le prendre ! », a blagué Stroll, avant de poursuivre, plus sérieux : « J’ai maintenant plus d’expérience, mais je continue de progresser et je pense avoir beaucoup appris sur moi-même cette saison, sur ma capacité à rebondir, notamment. »

Stroll aura un nouveau coéquipier la saison prochaine avec l’arrivée du quadruple champion du monde Vettel dans ce qui deviendra l’équipe Aston Martin. « C’est un pilote avec beaucoup d’expérience, qui a connu du succès, mais je vais continuer de me concentrer sur mon travail, comme je l’ai toujours fait. Et l’avenir de l’équipe s’annonce excitant avec Aston Martin. »

Plus que la saison prochaine, ce sont maintenant les vacances qui intéressent le pilote de 22 ans. « La saison a été très intense, avec des courses pratiquement toutes les semaines. Nous n’avons pas la plus grosse équipe et tout le monde a fait un travail extraordinaire. Je vais rentrer au Québec la semaine prochaine et j’ai vu que c’était déjà possible de faire du ski. Je compte bien en profiter ! »

De son côté, Nicholas Latifi a conclu la saison avec une 17e place au volant de sa Williams. Le Torontois aura donc été le seul pilote titulaire à ne marquer aucun point cette saison. « Pour ma première saison en Formule 1, j’ai vraiment l’impression d’avoir énormément appris, même si les performances n’étaient pas au niveau que nous l’aurions voulu. J’ai hâte à la saison prochaine. »

Latifi peut effectivement évoquer la médiocrité de sa voiture. Le problème, c’est qu’il devra encore la piloter en 2021 !