Le nouveau patron de Ferrari s'est dit «raisonnablement optimiste» mardi concernant la possibilité de parvenir «dans des délais acceptables» à un accord sur les règles qui régiront la Formule 1 à partir de la saison 2021.

Publié le 18 sept. 2018
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Je suis raisonnablement optimiste concernant un accord dans des délais acceptables, mais Ferrari insistera toujours pour que cela ne se produise pas au détriment de la garantie que la F1 restera au sommet de la technologie des compétitions sportives», a déclaré le successeur de feu Sergio Marchionne, Louis Camilleri, à l'occasion de la présentation du nouveau plan stratégique 2018-2022, à Maranello, au nord de l'Italie.

«Encore loin d'un accord»

«Il y a un consensus de base concernant les principaux objectifs visés mais les idées sur comment y parvenir divergent largement. Il y a eu des progrès mais nous sommes encore loin d'un accord global que tous les participants pourraient signer», a conclu M. Camilleri.

Son prédécesseur Sergio Marchionne, décédé en juillet, s'était publiquement braqué contre les orientations envisagées par les nouveaux propriétaires de la F1, les Américains de Liberty Media, et la Fédération internationale de l'automobile (FIA) censées rendre la discipline plus égalitaire à partir de 2021.

Sont évoquées notamment une limitation des budgets et une distribution plus égalitaire des revenus commerciaux aux écuries, au détriment de Ferrari qui compte parmi les principaux bénéficiaires.

Coup de bluff ou pas, Marchionne avait même menacé de retirer à cette date la Scuderia de la catégorie reine du sport automobile, alors que Ferrari n'a jamais quitté la F1 depuis la saison inaugurale en 1950.

La saison 2021 doit être l'occasion d'une refonte complète des règlements régissant la F1, sur les plans commercial, technique et sportif.

Le directeur sportif Ross Brawn a ainsi confirmé le week-end dernier les grandes lignes du projet de transformation des monoplaces, à l'allure futuriste et l'aérodynamique conçue pour favoriser les dépassements, à cet horizon.

Sergio Marchionne avait indiqué qu'il sortirait Ferrari de la F1 si elle devenait semblable à un gros Nascar. On le voit ici à Monza le 2 septembre 2017 avant le GP d'Italie. Photo AFP