Au-delà de la victoire de Lewis Hamilton, dimanche au Grand Prix de Hongrie de Formule 1, la performance de Red Bull a définitivement installé l'écurie de Daniel Ricciardo (3e) comme seule rivale crédible de Mercedes.

Publié le 25 juill. 2016
Daniel Ortelli AGENCE FRANCE-PRESSE

La seule rivale pour l'instant, car la Scuderia Ferrari n'y arrive plus. En 11 manches cette saison, les Flèches d'Argent se sont imposées dix fois (Hamilton 5 - Rosberg 5), avec comme seule exception la victoire de Max Verstappen en Espagne, dès ses débuts à côté de Ricciardo.

Lente remontée de Red Bull

Depuis, ce qui semblait une anomalie de début de saison est devenu une tendance lourde: le tandem Red Bull-Renault* est en train de retrouver, lentement mais sûrement, son potentiel de nuisance amoindri par le changement de règlementation technique, début 2014, et l'arrivée des moteurs V6 turbo hybrides.

Renault avait été très critiqué par Red Bull l'an dernier. Renault s'est bien ressaisi cet hiver et dimanche, sur le Hungaroring, le châssis de la RB12 -mu par le groupe propulseur RE16- est longtemps resté tout près des Flèches d'Argent. 

Les 27 secondes d'écart entre Hamilton et Ricciardo au bout de 70 tours de course représentent un écart de trois dixièmes de seconde par tour. C'est le même écart environ que samedi en qualifications, quand Ricciardo et Rosberg ont tous les deux été gênés dans leur dernier tour lancé.

«Ca fait du bien de voir qu'on s'est encore rapproché des Mercedes», a dit Ricciardo après son deuxième podium de l'année.

L'Allemand Sebastian Vettel (Ferrari), semblait déjà préoccupé avant la course.  Il a fini 4e. Photo: AFP

À Monaco, l'Australien était dégoûté, sur le podium, car il aurait dû gagner sans une grosse erreur de son équipe, dans les stands. À Budapest, il était ravi et souriant, au bout d'un week-end bien maîtrisé.

Red Bull à un point de Ferrari.

Ricciardo, avec une stratégie décalée, aurait pu profiter du moindre incident de course, d'une neutralisation par la voiture de sécurité, si la météo avait encore fait des siennes. Ce n'était pas pour cette fois mais il y aura d'autres opportunités, pas plus tard que la semaine prochaine à Hockenheim au Grand Prix d'Allemagne.

Monsieur Sourire. Photo: AP

Red Bull à un seul point de Ferrari au 2e rang

Plus intéressant encore, les deux Red Bull ont devancé chacune une Ferrari. Ricciardo (3e) n'a jamais été vraiment inquiété par Sebastian Vettel (4e), et Verstappen (5e) a encore terminé devant Kimi Räikkönen (6e). Cela remène l'écurie Red Bull à un seul point (224 à 223) de la Scuderia.

Classement des constructeurs:

1. Mercedes-AMG 378 pts

2. Ferrari 224

3. Red Bull 223

4. Williams 94

5. Force India 74

6. Toro Rosso 45

7. McLaren-Honda 38

8. Haas 28

9. Renault 6

10. Manor 1

Le «vieux» Finlandais (36 ans), après l'arrivée, était furieux de s'être fait bouchonner en fin de course par le jeune Néerlandais (18 ans), coupable d'un zig-zag non-sanctionné sur un circuit où, la plupart du temps, il est «impossible de doubler», comme l'a noté Rosberg.

Au niveau de la performance pure, il y a deux informations contradictoires: en qualifications samedi, Vettel a fini à près d'une seconde de Rosberg, derrière les Red Bull. Mais en course dimanche, Räikkönen a terminé avec le meilleur chrono absolu, au 52e tour, juste avant d'abîmer son aileron avant sur le train arrière de la Red Bull de Verstappen.

Le Finlandais de 36 ans Kimi Raïkkönen (Ferrari) menait le Néerlandais de 18 ans Max Verstappen (Red Bull) durant une partie de la course. Le cadet des pilotes a terminé devant le doyen de la F1. Photo: AFP

Un petit baume sur les plaies de Ferrari

De quoi rassurer Maurizio Arrivabene, le patron de l'écurie: «Notre rythme en course était incroyable, mais nous ne pouvons pas être heureux de finir au pied du podium», a-t-il dit.

Pour l'instant, au nombre de podiums, Ferrari a encore l'avantage: 9-6 contre Red Bull.

Sur un circuit de moteurs, dimanche prochain à Hockenheim, tout près de la ville natale de Vettel, Ferrari a probablement les moyens de remonter le moral des troupes italiennes en signant un résultat haut de gamme. La dernière victoire d'une voiture rouge remonte déjà à Singapour, en septembre 2015.

* Le moteur des Red Bull porte le nom de la marque de montres TAG-Heuer, mais c'est un Renault.

Beaucoup de pression : le vainqueur Lewis Hamilton (Mercedes) s'est fait gicler par Daniel Ricciardo (Red Bull), qui sait vraiment comment s'y prendre avec le champagne. Photo: Reuters

Classement des pilotes après 11 courses

1. Lewis Hamilton (GBR) 192 pts

2. Nico Rosberg (ALL) 186

3. Daniel Ricciardo (AUS) 115

4. Kimi Räikkönen (FIN) 114

5. Sebastian Vettel (ALL) 110

6. Max Verstappen (P-B) 100

7. Valtteri Bottas (FIN) 56

8. Sergio Pérez (MEX) 47

9. Felipe Massa (BRA) 38

10. Carlos Sainz Jr (ESP) 30

11. Romain Grosjean (FRA) 28

12. Nico Hülkenberg (ALL) 27

13. Fernando Alonso (ESP) 24

14. Daniil Kvyat (RUS) 23

15. Jenson Button (GBR) 13

16. Kevin Magnussen (DAN) 6

17. Pascal Wehrlein (ALL) 1

18. Stoffel Vandoorne (BEL) 1