Le gérant des Indians de Cleveland, Terry Francona, a passé la nuit à compter les moutons, tournant d'un côté et de l'autre, incapable de faire le ménage dans sa tête.

Tom Withers ASSOCIATED PRESS

Il y a des défaites difficiles à digérer au cours d'une saison, et il y a celles qui laissent des traces - comme celle de mardi soir.

« J'y pensais à 1 heure du matin, j'y pensais à 2 h, j'y pensais à 3 h et j'y pensais à 4 h, a raconté Francona mercredi, encore sous le choc après une gênante défaite de 7-4 face aux Reds de Cincinnati. J'ai enfin dormi entre 6 h et 8 h. »

Il n'a pas été le seul à souffrir d'insomnie.

Francona et plusieurs de ses adjoints ont eu de la difficulté à tourner la page sur une erreur de communication qui a aidé les Reds à l'emporter grâce à une poussée de sept points en neuvième manche. Alors que les Reds tentaient d'orchestrer la remontée, Francona souhaitait envoyer le lanceur gaucher Oliver Perez affronter le redoutable frappeur gaucher Joey Votto avec deux retraits, les buts remplis et une avance de 4-3. Cependant, l'instructeur des lanceurs Carl Willis a plutôt entendu Francona lui demander de faire appel au droitier Dan Otero.

Votto a immédiatement cogné un double de trois points contre Otero, offrant une avance de 6-4 aux Reds.

« Il pensait que j'avais dit "O.T. », a dit Francona, en référence au surnom d'Otero. J'avais dit 'O.P.' (les initiales de Perez)."

Peu importe ce qui a été dit, les Indians ont finalement encaissé un troisième revers d'affilée. Leur groupe de releveurs continue de connaître des ratés, avec un dossier combiné de 5-16 et une moyenne de 5,37, la pire de la Ligue américaine.

Quand il s'est présenté au Progressive Field pour le dernier match de la série, mercredi, Francona a ressenti le besoin de s'excuser auprès des joueurs pour son rôle dans la défaite.

"Ça tombe sur mes épaules, a-t-il dit. Mais ensuite, il faut tourner la page. Je crois que la meilleure façon de le faire était en prenant le temps d'en parler avec l'équipe et d'admettre ma gaffe."

Francona a aussi noté que Willis et ses autres adjoints se sentaient aussi coupables, mais le gérant a insisté pour dire qu'il prenait l'entière responsabilité.