(New York) Jared Porter est passé d’étoile montante du Baseball majeur à chômeur en une nuit. Littéralement.

Mike Fitzpatrick
Associated Press

Un peu plus d’un mois après avoir été embauché comme nouveau directeur général des Mets de New York, Porter a été congédié pour avoir envoyé des messages textes sexuellement explicites à une journaliste en 2016, alors qu’il était à l’emploi des Cubs de Chicago.

ESPN a rapporté tard lundi soir que Porter a envoyé des dizaines de textos qui n’ont pas été répondus à cette femme, dont une photo d’un pénis en érection. ESPN a mis plusieurs des messages et photos envoyés par Porter dans son reportage en ligne.

Quelque neuf heures plus tard, le nouveau propriétaire des Mets, Steve Cohen, a confirmé sur Twitter le congédiement immédiat de Porter.

« Nous avons congédié Jared Porter ce matin, a écrit Cohen. Dans ma première conférence de presse, j’ai souligné à quel point l’intégrité était importante. C’est sérieux. Il devrait y avoir aucune tolérance pour ce type de comportement. »

Une trentaine de minutes plus tard, les Mets ont envoyé un communiqué du président Sandy Alderson confirmant la nouvelle.

« Les gestes de Jared, rapportés (lundi) soir, ne répondent pas aux critères de professionnalisme et de conduite personnelle des Mets », a affirmé Alderson.

L’homme de 41 ans avait accepté un contrat de quatre ans il y a un mois, après avoir passé les quatre dernières saisons avec les Diamondbacks de l’Arizona à titre de vice-président senior et directeur général adjoint.

Les Mets n’ont pas immédiatement indiqué leurs intentions de remplacer ou non Porter, qui se rapportait à Alderson, qui dirige les opérations baseball.

La femme n’a pas été identifiée dans l’article d’ESPN. Elle a décidé de parler de son expérience à condition que son identité demeure cachée. La femme craint des répercussions dans son pays.

Alderson avait promis lundi soir de faire la lumière dans ce dossier.

« J’ai discuté avec Jared Porter d’incidents qui se sont produits en 2016 et dont nous venons d’être mis au courant, avait-il alors déclaré par communiqué. Jared a admis sa sérieuse erreur de jugement et accepte la responsabilité de son geste. Il éprouve des regrets et s’est déjà excusé pour ses actions.

« Les Mets prennent cette affaire très au sérieux, s’attendent à un comportement professionnel de la part de tous nos employés et n’encourageons nullement la conduite décrite dans l’article (d’ESPN). »

ESPN a indiqué que la journaliste était une correspondante étrangère qui était déménagée aux États-Unis pour couvrir les activités de la MLB. Elle a rencontré Porter dans un ascenseur du Yankee Stadium en juin 2016. Elle dit qu’ils ont discuté brièvement de baseball international et ont échangé leurs cartes d’affaires. Elle a déclaré à ESPN qu’il s’agissait de leur seule conversation.

Après des échanges de messages anodins, Porter l’a complimentée sur son apparence, l’a invitée à la rencontrer dans différentes villes, avant de lui demander pourquoi elle l’ignorait, selon ESPN.

Après lui avoir envoyé une photo obscène, la femme a ignoré une soixantaine de messages de Porter, avant qu’il n’envoie la photo la plus vulgaire, selon ESPN. La femme a déclaré à ESPN qu’elle a sciemment tenté de l’ignorer dans quelques stades des Majeures et que les messages de Porter l’ont ultimement conduite à quitter le journalisme et à retourner vivre dans son pays.

Porter a envoyé un message d’excuse à la femme en 2016, après qu’elle eut vu la photo du pénis nu et qu’elle lui eut répondu que « ses messages étaient très inappropriés, très offensants et déplacés », a rapporté ESPN.

Lorsque rejoint par ESPN lundi, Porter a admis avoir échangé des messages textes avec la femme. Au départ, il a dit ne pas avoir envoyé de photo de lui, mais quand on lui a révélé que les échanges montrent clairement des autoportraits en plus des autres photos qu’il a envoyées, il a déclaré que « les photos les plus explicites n’étaient pas de lui, qu’elles provenaient de banques d’images ».

Après avoir demandé à ESPN si une histoire allait être publiée, Porter a demandé plus de temps, avant de finalement refuser d’émettre d’autres commentaires.

Avant son passage en Arizona, Porter a travaillé sous les ordres de Theo Epstein chez les Red Sox de Boston et les Cubs. Il était le directeur du dépistage professionnel quand il a envoyé les messages à l’origine de cette affaire.

Pas entièrement familière avec l’anglais et la culture américaine, la femme a reçu l’aide d’un interprète pour envoyer un message à Porter lui demandant de cesser d’envoyer des photos et messages offensants. Il s’est par la suite excusé de nombreuses fois par textos et a dit qu’il allait arrêter.

ESPN souligne avoir interviewé trois autres personnes disant avoir vu ou étant au courant de ces textos à cette époque.

La femme a éventuellement averti ses patrons. Elle a été mise en contact avec un avocat et un employé des Cubs provenant du même pays qu’elle, toujours selon ESPN. Elle n’a pas voulu identifier publiquement cet employé par peur de représailles.

Elle dite que cet employé lui a dit que Porter souhaitait s’excuser en personne, mais elle ne voulait pas le voir. Elle dit aussi que cet employé l’a de nombreuses fois questionnée à savoir si elle comptait porter plainte contre Porter. Des mois plus tard, l’employé était très fâché de voir cette femme au camp d’entraînement de 2017 et de savoir qu’elle considérait porter plainte.

ESPN a ajouté que l’employé a confirmé lundi avoir discuté de la situation avec Porter et la femme, mais nie s’être fâché. La femme n’a finalement pas entrepris de démarche judiciaire et ne prévoit pas le faire.

« Cette histoire nous a été rapportée (lundi) soir et nous ne sommes pas au courant des incidents qui y sont rapportés », ont déclaré les Cubs dans une déclaration transmise à ESPN.

« Si nous avions été mis au courant, nous aurions rapidement réagi, puisque les comportements allégués contreviennent directement à notre code de conduite, a ajouté le club. Bien que ces deux individus ne fassent plus partie de notre organisation, nous prenons très au sérieux tout cas de harcèlement sexuel et nous enquêterons sur cette affaire. »

- Avec la collaboration de Jake Seiner