Quand Danièle Sauvageau a appris vendredi que Kim Ng venait d’être nommée directrice générale des Marlins de Miami, devenant la première femme à occuper de telles fonctions à la tête d’une équipe professionnelle masculine en Amérique du Nord, l’une de ses premières réactions aura été de dire : « Enfin ! »

Ariane Lacoursière Ariane Lacoursière
La Presse

« Les choses évoluent, mais lentement. Sincèrement, quand j’ai commencé ma carrière, j’aurais pensé qu’en 2020, il y aurait beaucoup plus de femmes dans le monde du hockey et du sport en général que maintenant », dit celle qui a été notamment entraîneuse de l’équipe nationale féminine de hockey.

Les Marlins ont nommé vendredi Kim Ng directrice générale de leur organisation. Depuis neuf ans, Ng (que l’on prononce Ang) occupait le poste de vice-présidente aux opérations baseball de la MLB (ligues majeures de baseball).

Dans une déclaration publiée sur le compte Twitter des Marlins vendredi matin, Ng a affirmé que quand elle a commencé comme stagiaire dans le milieu, « il semblait impossible qu’une femme dirige un jour une équipe des ligues majeures, mais je suis tenace dans la poursuite de mes objectifs. Mon objectif est maintenant de donner un championnat à Miami ».

Née à Indianapolis, Ng a grandi à New York. Durant sa carrière dans le baseball majeur, elle a travaillé comme directrice générale adjointe chez les White Sox de Chicago (de 1990 à 1996), chez les Yankees de New York (de 1998 à 2001) et chez les Dodgers de Los Angeles (de 2002 à 2011). Elle a remporté trois Séries mondiales durant ces années. Le chef de la direction des Marlins, Derek Jeter, évoluait pour les Yankees quand Kim Ng y travaillait.

Des barrières qui tombent

Vice-présidente exécutive et chef des affaires commerciales du Canadien de Montréal, France Margaret Bélanger estime que la nomination de Kim Ng est « une excellente nouvelle pour le sport professionnel » et une « tout aussi bonne nouvelle pour les femmes qui œuvrent dans le monde du sport professionnel ».

Mme Bélanger est la femme occupant le plus haut poste administratif chez le Canadien. « Ça prend une première pour que les barrières tombent […] Ça signale à toutes celles qui regardent que les possibilités sont là », dit-elle.

Coordonnatrice aux opérations football et au recrutement chez les Eagles de Philadelphie, la Montréalaise Catherine Raîche a éprouvé un mélange de joie et de fierté en apprenant la nomination de Kim Ng.

C’est une candidate extrêmement compétente. C’est une DG. Pas une femme DG. C’était la candidate la plus compétente.

Catherine Raîche, coordonnatrice aux opérations football et au recrutement chez les Eagles de Philadelphie

En 2017, Catherine Raîche est devenue la première femme directrice générale adjointe aux opérations football dans la Ligue canadienne de football (LCF) aux côtés du directeur général des Alouettes de Montréal, Kavis Reed. « Mon objectif à long terme a toujours été de devenir DG », dit-elle. Pour elle, l’annonce des Marlins « montre à celles qui œuvrent dans le monde du sport que c’est possible si on persévère ».

« Quand on regarde les compétences clés pour occuper un poste de DG comme celui-là, personne sur la Terre ne va me convaincre qu’une femme n’est pas capable de l’occuper », commente Danièle Sauvageau, aujourd’hui directrice générale de l’équipe féminine de hockey de l’Université de Montréal.

Sans vouloir généraliser, celle-ci explique que pour être nommées à des postes d’importance, les femmes doivent souvent avoir déjà fait leurs preuves, alors que les hommes sont plus souvent engagés, car « on considère qu’ils ont le potentiel d’être bons ». « Et on les accompagne. Mais des femmes accompagnées, on n’en voit pas beaucoup », dit Danièle Sauvageau.

PHOTO TIRÉE DU COMPTE TWITTER DES MARLINS DE MIAMI

Kim Ng travaille depuis 30 ans dans le baseball majeur.

Catherine Raîche souligne que Kim Ng travaille depuis 30 ans dans le baseball majeur et a fait d’autres entrevues pour des postes de DG avant d’être nommée par les Marlins. « C’est sûr qu’on peut se demander si un homme aurait eu l’opportunité avant », dit-elle.

Pour permettre à des femmes d’occuper ce genre de poste, il faut souvent « des champions », affirme Mme Sauvageau. Des « personnes qui y croient, qui donnent l’opportunité ».

L’entraîneuse donne l’exemple de Serge Savard fils, qui a accepté de lui donner sa chance en la nommant entraîneuse adjointe du Rocket de Montréal en 1999. Danièle Sauvageau était ainsi devenue la première femme à occuper un poste d’entraîneur dans la LHJMQ. « Il m’a dit : “Si tu es capable de coacher une équipe nationale, il n’y a pas de raison que tu ne sois pas capable de coacher ici” », raconte-t-elle.

Mme Sauvageau souligne aussi que l’argument qui a longtemps voulu que quelqu’un devait avoir joué dans les ligues professionnelles masculines pour y occuper des postes d’importance – notamment d’entraîneur – ne tient plus la route. Elle cite l’exemple du directeur général des Maple Leafs de Toronto, Kyle Dubas, qui n’a jamais joué au hockey professionnel. Ce dernier n’a d’ailleurs pas hésité à nommer Hayley Wickenheiser comme directrice adjointe au développement des joueurs des Maple Leafs, en 2018.

Avec la nomination de Kim Ng, Danièle Sauvageau croit qu’il faut « célébrer le fait que c’est la première femme à occuper ce poste ». « Ils l’ont engagée parce qu’elle est bonne […] Mais il y a encore du travail à faire. »

Un avis partagé par Catherine Raîche : « On est en train de faire notre place. Ce n’est pas fini. Mais l’annonce d’aujourd’hui envoie un bon message. »

Des réactions nombreuses

Les réactions ont été nombreuses, vendredi, à la suite de l’annonce des Marlins. L’Association des joueurs du baseball majeur a tenu à saluer la réussite de Kim Ng, qui « brise des barrières ».

L’ancien directeur général des Nationals de Washington Jim Bowden, aujourd’hui analyste, a rappelé sur Twitter avoir négocié en 2006 un échange de joueurs avec Kim Ng, qui était à l’époque directrice générale adjointe chez les Dodgers. « C’était une vraie pro. Préparée, directe, honnête. Je savais qu’elle deviendrait directrice générale », a-t-il écrit, accompagnant son message de la mention #FINALEMENT.

— Avec La Presse Canadienne et l’Associated Press