(New York) À l’approche du début de la saison, Freddie Freeman avait des inquiétudes plus importantes que la qualité de son élan ou de son jeu de pieds en défensive.

Ben Walker
Associated Press

Il était fatigué après avoir marché quelques pas seulement.

« Ce n’était pas le début souhaité, avec la COVID, a raconté le premier-but des Braves d’Atlanta. J’ai pu vaincre le virus. »

Freeman a rapidement retrouvé la forme et a été nommé joueur par excellence de la Ligue nationale, jeudi, couronnant une année difficile au cours de laquelle il a craint pour sa vie quand il a été affecté par la COVID-19.

Jose Abreu, des White Sox de Chicago, a été l’élu du côté de la Ligue américaine, après avoir aidé les siens à se qualifier pour les séries éliminatoires pour une première fois depuis 2008.

Freeman a obtenu 28 des 30 votes de première place lors du scrutin auprès de l’Association des chroniqueurs de baseball d’Amérique. Il a été suivi par le voltigeur des Dodgers de Los Angeles Mookie Betts et le troisième-but des Padres de San Diego Manny Machado.

Dans une saison affectée par la pandémie des camps d’entraînement jusqu’à la Série mondiale, il est presque approprié que le dernier prix majeur remis soit allé à quelqu’un qui a été infecté par le virus.

PHOTO ERIC GAY, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Freddie Freeman

Trois semaines avant le début de la saison en juillet, Freeman a vu sa température atteindre 40,3 degrés Celsius et il a perdu le sens du goût et de l’odorat. Il se souvient avoir craint le pire et prié parce qu’il « n’était pas prêt » à mourir.

« Ça m’a vraiment affecté », a-t-il dit.

Freeman a raconté qu’il avait eu besoin d’environ deux semaines en début de saison pour retrouver ses forces. Il a tenté de mieux gérer son énergie, sautant souvent son tour lors des entraînements avant les matchs et s’éloignant un peu moins du premier coussin pour retenir les coureurs.

Le premier-but des Braves a finalement connu une campagne exceptionnelle. Freeman a maintenu une moyenne de ,341 et a cogné 13 circuits, en plus de produire 53 points en 60 matchs. Il a dominé les Majeures avec 23 doubles et 51 points marqués.

Les Braves ont gagné le titre de la section Est de la Nationale et sont passés à une victoire d’une première participation à la Série mondiale depuis 1999.

Freeman, qui est âgé de 31 ans, est le sixième joueur dans l’histoire des Braves à être nommé joueur par excellence de la Nationale. Le plus récent était Chipper Jones, en 1999. Freeman porte un chandail en lambeau des Braves sous son uniforme. Ce chandail lui a été remis par Jones.

De son côté, Abreu a dominé les Majeures avec 60 points produits et l’Américaine avec 76 coups sûrs. Il a disputé chacun des 60 matchs de la saison écourtée en raison de la pandémie.

« C’est un moment très spécial », a dit Abreu, visiblement ému, par le biais d’un interprète.

Le premier-but cubain a obtenu 21 des 30 votes de première place lors d’un scrutin.

Le troisième-but des Indians de Cleveland Jose Ramirez a terminé au deuxième rang, suivi de l’avant-champ des Yankees de New York DJ LeMahieu.

Abreu, qui est âgé de 33 ans, a maintenu une moyenne de ,317 et a claqué 19 circuits. Il a connu une séquence de 22 matchs avec au moins un coup sûr, la plus longue du genre cette saison dans les Majeures.

Invité trois fois au match des étoiles, Abreu avait aussi gagné le titre de recrue par excellence de l’Américaine en 2014. Il est le quatrième joueur des White Sox à être nommé joueur par excellence, après Frank Thomas (1993 et 1994), Dick Allen (1972) et Nellie Fox (1959). Le prix est remis depuis 1931.