On l’attendait dès l’an dernier. Une réaction normale dans la mesure où il était classé meilleur espoir de tout le baseball. Rien de moins.

Frédérick Duchesneau Frédérick Duchesneau
La Presse

Vladimir Guerrero fils aura finalement connu une saison 2019 entre correcte et bonne, sans plus. Donc, décevante aux yeux de ceux pour qui il incarnait le sauveur instantané. Mais la machine vient peut-être de se mettre en marche.

À ses sept derniers matchs, Vlad a frappé pour ,444 avec deux circuits et huit points produits. Bien sûr, ça pourrait n’être qu’une bonne séquence. Mais ça pourrait aussi être le début de quelque chose.

« C’est la maturité, a dit le gérant Charlie Montoyo après le dernier match de la saison, dimanche. Ça lui a pris un peu plus de temps cette saison, mais il y est maintenant et c’est extraordinaire. Arriver dans les séries en le voyant s’élancer de la sorte, c’est extraordinaire pour nous. Nous savons tous que c’est ce qu’il peut faire. Il se sent vraiment bien à la plaque en ce moment. »

« J’ai confiance qu’il est parti pour de bon, lance pour sa part Jasmin Roy, recruteur au Québec pour les Blue Jays. Il a tellement de talent, il ne faut pas oublier qu’il est jeune. Et maintenant, les positions sont plus claires pour lui [du 3e but l’an dernier, il est passé au 1er cette saison, quand il n’est pas frappeur désigné]. Ce n’est pas comme s’il jouait au-dessus de son talent actuellement.

La constance va venir avec l’expérience.

Jasmin Roy, recruteur pour les Blue Jays au Québec

Roy va même jusqu’à déposer sur les jeunes épaules du Montréalais d’origine de 21 ans une partie des espoirs des Jays contre les Rays de Tampa Bay.

« C’est sûr que ça peut être un facteur déterminant pour nous en séries d’avoir un Vlad qui continue sur sa lancée plutôt que les résultats qu’on a eus l’an passé de sa part », analyse-t-il.

Le concours de circuits

Le recruteur refuse cependant de parler d’une déception lorsqu’il revient sur la campagne 2019 du fils de l’ex-vedette des Expos.

« Les jeunes, c’est tellement imprévisible. Ça ne nous aurait pas surpris s’il avait performé tout de suite, mais on est contents de voir qu’il va dans la bonne direction et que les résultats suivent. »

Jasmin Roy nous rappelle par ailleurs sa performance – épique – du concours de circuits de l’an dernier au match des Étoiles… Vlad avait volé le spectacle en en sortant 91 du terrain en trois rondes !

« Même si les chiffres n’étaient pas là, il démontrait des choses qui indiquaient que c’est un joueur bien spécial », dit-il.

Globalement, les chiffres du Vlad 2020 sont pratiquement un copié-collé de ceux du Vlad 2019. Mais, on l’a souligné plus haut, ses plus récents tendent bien davantage vers ce à quoi les observateurs s’attendent de lui pour les prochaines années. Les artilleurs adverses en sont bien conscients.