La saison de baseball commence jeudi, enfin.

Ben Walker
Associated Press

Cette saison qui était menacée avant même de commencer en raison de la pandémie de COVID-19 sera lancée quand Max Scherzer et les vainqueurs de la Série mondiale, les Nationals de Washington, accueilleront les Yankees de New York et leur nouvel as de 324 millions US, Gerrit Cole.

La journée la plus bizarre du Baseball majeur

Quand elle s’amorcera – les prévisions prévoient des orages –, il s’agira de l’année la plus bizarre de l’histoire du Baseball majeur.

Une saison de 60 matchs, des joueurs étoiles qui seront absents, des joueurs qui porteront un masque. Des sons ambiants préenregistrés, des spectateurs en carton. Des publicités sur le monticule et des lanceurs avec leur propre sachet d’arcanson.

Et plusieurs règles étranges. Des frappeurs désignés dans la Ligue nationale. D’accord. Un coureur au deuxième but pour amorcer toutes les manches à compter de la 10e ? Alors là !

« Ça va être drôlement amusant, a dit Cole. Il y aura des “sons en canne”, ce sera du baseball typiquement 2020. »

Les Blue Jays : Canadiens errants

En plus d’une équipe qui ne sait toujours pas où elle se retrouvera : les Blue Jays de Toronto, en raison des inquiétudes sanitaires, ne peuvent jouer ni au Canada ni à Pittsburgh, leur plan B. Peut-être à Baltimore. Peut-être à Buffalo. Qui sait ?

Vous devez l’accepter. Il semble que chaque jour apportera un nouveau défi à relever. Ce sera ça, le baseball en 2020.

Max Scherzer

Pour beaucoup de partisans, ça fera l’affaire. Il n’y a vraiment pas d’autre option. Quatre mois plus tard, du baseball étrange, c’est mieux que pas de baseball du tout, n’est-ce pas ?

On verra.

Les Giants contre les Dodgers

Pour sa première journée, le Baseball majeur nous offre un autre match appétissant : après ce duel de premier choix à Washington, la soirée se terminera au Dodger Stadium de Los Angeles, où Clayton Kershaw fera face aux Giants de San Francisco.

Il y a un joueur que Kershaw n’affrontera toutefois pas : le receveur Buster Posey, six fois sélectionné au match des Étoiles, qui a fait l’impasse sur la saison. Posey et sa femme viennent d’adopter des jumelles qui sont nées prématurément. Il fait partie de la dizaine de joueurs qui ont choisi de ne pas disputer la saison.

« D’un point de vue sportif, ç’a été une décision difficile à prendre, a indiqué Posey. D’un point de vue familial, choisir de protéger nos enfants a été plutôt facile. »

Le lanceur David Price, des Dodgers, le premier-but Ryan Zimmerman, des Nationals, ainsi que le voltigeur Nick Markakis, des Braves d’Atlanta, rateront aussi la saison.

La COVID-19 frappe

D’autres joueurs ne seront pas prêts à reprendre l’action ce week-end. Mercredi, les Royals de Kansas City ont annoncé que Hunter Dozier avait contracté la COVID-19 et que son nom était inscrit sur la liste des blessés.

Pour ceux qui sont en santé, c’est le moment de jouer. Pour combien de temps ? Le virus rôde toujours et nous le saurons bientôt.

Mais rappelez-vous : il s’agit d’un sprint. Les propositions permettant à plus d’équipes de participer aux séries éliminatoires ont été mises de côté, ce qui fait que cette saison sera une course folle vers les 10 places disponibles.

C’est l’épidémiologiste Anthony Fauci, directeur national de la Santé publique des États-Unis, qui aura l’honneur de faire le lancer protocolaire à Washington.

PHOTO KEVIN DIETSCH, ARCHIVES REUTERS

Le Dr Anthony Fauci

« Je jouais au baseball quand j’étais jeune, a dit l’homme de 79 ans sur les ondes de CNN. J’espère ne pas faire faire trop de bonds à la balle. »

Ne vous inquiétez pas, doc. Avant même le premier lancer, cette saison a déjà connu sa large part de soubresauts.

Hommes masqués et high-five aériens

Didi Gregorius et Clint Frazier ont frappé des circuits tout en portant un masque. Ceux-ci ne sont toutefois pas obligatoires sur le terrain, bien que plusieurs autres règles sanitaires aient été imposées.

La distanciation physique est de mise dans les abris ; on ne tourne pas la balle dans l’avant-champ après des retraits sur des prises ; et les mascottes ne feront pas partie du spectacle en 2020.

Interdit de se taper dans les mains aussi. « Pas de problème », dit Bryce Harper.

« Je pense que les high-five aériens deviendront la chose la plus cool du baseball et des autres sports cette saison », a déclaré le frappeur de puissance des Phillies de Philadelphie.

Pas de réplique des Astros ?

Tous ces sifflets et huées adressés aux joueurs des Astros de Houston en mars font partie du passé maintenant. Certains partisans diront que les joueurs qui ont participé au scandale des vols de signaux s’en tirent à bon compte puisqu’ils ne subiront pas le courroux des foules adverses.

Le Baseball majeur a émis des directives claires interdisant toute mêlée cette saison. Malgré tout, certains frappeurs des Astros devront possiblement payer le prix de leurs actions : José Altuve, Alex Bregman et George Springer ont tous été atteints par des lancers lors du dernier match préparatoire des Astros à Kansas City, mardi.