Source ID:516582; App Source:cedromItem

Sur la route pour les Expos

Gabriel Morissette et Adry Laurin parcourront les 30... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Gabriel Morissette et Adry Laurin parcourront les 30 stades du baseball majeur cet été, afin de promouvoir le retour des Expos à Montréal.

Photo André Pichette, La Presse

Un périple de trois mois, peut-être plus. Des arrêts dans des stades un peu partout aux États-Unis, dont à New York, Los Angeles et Chicago. Le tout, agrémenté d'escales à Las Vegas et à La Nouvelle-Orléans pour se détendre.

Non, on ne parle pas de la prochaine tournée de votre groupe préféré. Il s'agit plutôt de Montréal sur la route, nom que Gabriel Morissette et Adry Laurin ont donné au voyage qu'ils s'apprêtent à faire à l'été.

Les deux jeunes amoureux, âgés de 24 ans, sillonneront l'Amérique à bord de leur mini-fourgonnette pour assister à un match de baseball dans chacun des 30 stades des ligues majeures. Ils visiteront d'abord les Red Sox de Boston, le 1er juillet, avant de conclure leur odyssée chez les Blue Jays, à Toronto, le 28 septembre.

Cette aventure «touristico-sportive», organisée en association avec Expos Nation, a un objectif bien précis: promouvoir le retour d'une équipe de baseball majeur à Montréal.

Deux passions réunies

Gabriel enseigne le français langue seconde dans une école secondaire de Pointe-Claire. Adry est finissante en histoire à l'UQAM. En couple depuis un an et demi, ils sont unis par deux passions: l'histoire américaine et le baseball.

«J'ai été élevée là-dedans. Mes parents m'emmenaient toujours voir les Expos. Quand j'étais jeune, je les aimais beaucoup et quand ils sont partis, j'ai trouvé ça plate parce que notre petite activité de famille était finie», raconte Adry, une ancienne joueuse de balle-molle.

C'est donc en fusionnant ces intérêts communs que l'idée de cette expédition leur a traversé l'esprit, alors qu'ils étaient assis sur leur terrasse par une soirée pluvieuse d'été.

Une expédition qui sera des plus frugales, d'ailleurs. Pas de grands hôtels de luxe au menu. Ils dormiront le plus souvent à l'arrière de leur véhicule, installés dans un camping ou le stationnement d'un Walmart. Quelques détours vers de petits motels sont prévus pour la douche et autres soins hygiéniques.

Le couple estime les coûts totaux du voyage - nourriture, essence, etc. - quelque part entre 5000 $ et 6000 $. «On est prêts à se serrer la ceinture, assure Adry. Au pire, on va manger beaucoup de nouilles ramen. Le but, c'est d'avoir de l'argent pour s'acheter des billets.»

En quête d'appuis

Gabriel et Adry sont lucides. Ils savent bien que deux partisans vêtus aux couleurs des Expos au milieu d'un stade de plusieurs milliers de sièges ne pourront jamais à eux seuls convaincre les autorités du baseball majeur de ramener une équipe dans la métropole.

C'est pourquoi ils désirent acquérir une visibilité autrement. En créant un engouement généralisé pour leur projet, que ce soit en distribuant des dépliants aux abords des stades avant les matchs ou en attirant l'attention des médias des villes où ils seront de passage.

«On ne veut pas être passifs, insiste Adry. On veut être actifs une fois rendus là-bas. Je pense que tous les deux, nous avons une énergie assez grande pour nous faire voir là-bas.»

Il semble que le couple peut déjà compter sur un certain appui. Après environ deux semaines d'existence, leur compte Twitter (@Mtlontheroad) est suivi par plus de 300 abonnés. Leur blogue, montrealontheroad.com, est lui aussi de plus en plus couru.

«Une dame à Washington nous a proposé de nous héberger chez elle. Un autre gars à Detroit est responsable de l'ancien stade là-bas et nous propose d'y lancer et de frapper des balles», confie Adry.

«Si vous êtes un amateur de baseball, si vous voulez une équipe à Montréal, on vous demande seulement de nous soutenir», renchérit Gabriel.

Évidemment, impossible de savoir si les Expos finiront bel et bien par renaître de leurs cendres. Mais pour Gabriel et Adry, l'espoir est bien vivant. Et si les Z'Amours reviennent en ville un jour, il y aura à leurs yeux une petite partie d'eux dans cette équipe.

«On veut que ce qu'on va faire pèse dans la balance, souhaite Gabriel. Le jour où il y aura une équipe de baseball à Montréal, on se dira qu'on a peut-être fait quelque chose pour aider ça.»




Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer