L’année dernière, l’autrice Annick Cojean a demandé à 27 femmes de compléter la phrase « Je ne serai pas arrivée là si… » On a tellement aimé l’idée qu’on a fait le même exercice avec des athlètes. Témoignages.

Alexandre Pratt Alexandre Pratt
La Presse

Claude Julien

Entraîneur-chef du Canadien

« Si je n’avais pas eu la chance de devenir entraîneur… par accident. Quand j’ai pris ma retraite comme joueur, j’étais prêt à faire autre chose. J’étais retourné à l’école. Je me dirigeais vers le commerce. Avec trois autres partenaires, nous étions même impliqués dans le lancement d’une agence de joueurs. Puis Pierre Dorion [le père du DG des Sénateurs] m’a convaincu d’aller regarder une équipe de junior A, dans la région d’Ottawa. J’ai eu la piqûre [pour le coaching]. Je me sentais bien. J’ai été très chanceux d’être aux bonnes places aux bons moments. »

Marc Bergevin

Directeur général du Canadien

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

« Si ma famille n’avait pas été là. Ils ont toujours été là pour moi. Une fois, j’ai oublié un protège-coude. Mon coach m’a demandé d’écrire 100 fois : “Je n’oublierai plus mon coude.” Mes parents se sont assuré que ce soit fait comme il le faut. Mon père a même dû m’en demander 150. Ce n’était pas une marche militaire, mais ça m’a appris la discipline. Ils m’ont bien encadré. »

Jonathan Drouin

Hockeyeur du Canadien

« Si mes parents n’avaient pas investi autant d’argent dans tout ce que j’ai fait ! Mes parents ont fait beaucoup de sacrifices. Quand j’étais adolescent, on habitait à Mont-Tremblant et je pratiquais quatre fois par semaine à Montréal. Mon père chauffait deux, trois heures par jour. C’était beaucoup. »

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Shea Weber

Hockeyeur du Canadien

« Si mes parents ne m’avaient pas soutenu. Que ce soit pour me conduire à mes entraînements tôt le matin, ou pour jouer au hockey dans la région de Vancouver. Ils m’ont suivi partout dans le monde. Ils ont investi beaucoup de temps et d’argent. Je ne les remercierai jamais assez. »

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Paul Byron

Hockeyeur du Canadien

« Si personne ne voulait plus de moi [rires]. On arrive tous à un point dans notre carrière où on commence à être plus âgé. Tant que mon corps va suivre, je veux continuer de jouer au hockey dans la LNH. »

Brendan Gallagher

Hockeyeur du Canadien

« Si mes parents n’avaient pas été là pour moi. Nous étions quatre enfants. Mes parents ont sacrifié beaucoup de temps et d’argent pour que nous puissions tous poursuivre nos rêves. »

Carey Price

Hockeyeur du Canadien

« Si mes parents n’avaient pas offert autant de soutien. Ils ont toujours été présents. Ils m’ont amené partout, ils étaient dans les gradins. Ma mère s’assurait aussi que je m’appliquais à l’école. Je leur en suis reconnaissant. »

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Laurent Duvernay-Tardif

Footballeur des Chiefs de Kansas City

« Si je n’avais pas eu le soutien de mon cercle rapproché. Ma copine Florence, qui me pousse à être une meilleure version de moi-même. Mes sœurs. Mon meilleur ami et agent, Sasha Ghavami, qui s’assure que je peux performer sur le terrain tout en comblant mes ambitions à l’extérieur du stade. Et mes parents, qui m’ont appris à ne jamais avoir peur de sortir des sentiers battus. Lorsque j’ai décidé de mener deux carrières de front – le football et la médecine –, ils n’ont jamais remis mon choix en question. Ils m’ont même encouragé à foncer et à réaliser mes passions. Ils m’ont transmis de belles valeurs. C’est ce qui va me permettre de relever les prochains défis après le football. »

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Khari Jones

Entraîneur-chef des Alouettes

« S’il n’y avait pas eu ma femme Justine. Elle est ma meilleure amie. La mère de mes belles filles. Mon amour des 25 dernières années. Elle a été ma partenaire dans les hauts et les bas que le football apporte. Elle m’aide à naviguer à travers tout. Je suis tellement content que Justine soit dans ma vie et qu’elle soit là jusqu’au bout. »

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Marie-Philip Poulin

Hockeyeuse

« Si les femmes qui ont joué avant moi n’avaient pas gravé le chemin pour me donner l’opportunité de jouer au hockey féminin aux Jeux olympiques. Si je n’avais pas eu le soutien de mes parents et de mon frère Pier Alexandre. Mon succès est une histoire de famille. Si je n’avais pas mes coéquipières et mon équipe de soutien en dehors de la glace. »

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Alexis Lafrenière

Hockeyeur

« Si je n’avais pas eu l’appui de ma famille. Et celui de mes amis. Ils m’ont toujours challengé. De m’entraîner l’été avec des gars comme Nathan Légaré et Samuel Poulin m’a permis de m’améliorer. »

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Kim Boutin

Patineuse

« Si je ne m’étais pas si bien entourée. Accepter d’être outillée, c’est le plus beau cadeau que je me suis offert. »

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Patrice Bernier

Entraîneur adjoint de l’Impact

« Si je n’avais pas eu le soutien de mes parents, de ma famille, de mes amis. Ils m’ont permis de traverser les obstacles. D’atteindre mes rêves. Mes parents ont toujours été là. Pour tous les entraînements, les tournois et les matchs de soccer et de hockey. Même chez les pros. Quand je jouais en Europe, ils voyageaient pour venir me voir. Ma femme est ma meilleure critique. Dans ce milieu, c’est facile de perdre le contact avec la réalité, de bomber le torse. Elle me permet de garder les deux pieds sur terre. »

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Samuel Piette

Joueur de l’Impact

« Si je m’étais arrêté au premier obstacle rencontré, à la première difficulté. Si je n’avais pas fait de sacrifices et si je n’avais pas reçu le soutien inconditionnel de mes parents. »

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Martin Bédard

Footballeur des Alouettes

« Si le football ne s’était pas présenté dans ma vie quand j’avais 10 ans. Ce sport m’a enseigné comment devenir une bonne personne. En ayant une bonne discipline. Surtout, il m’a enseigné la vie et la signification de faire partie de quelque chose de plus grand que nous. Il m’a enseigné qu’il faut profiter du moment présent. »

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Hugo Richard

Footballeur des Alouettes

« Si je n’avais pas eu le soutien de ma famille dans le sport. Si je n’avais pas persévéré à l’école dans les moments plus difficiles. Sans l’ombre d’un doute, je ne serais pas ici si je n’avais pas cru en moi et si je n’avais pas fait les sacrifices nécessaires pour atteindre mes objectifs toujours grandissants. »

PHOTOMONTAGE LA PRESSE