• Accueil > 
  • Sports 
  • > Surtout, ne l'appelez pas Mme Duvernay-Tardif 
Source ID:13b674e96f833fc9bcac2587afb0eda8; App Source:StoryBuilder

Surtout, ne l'appelez pas Mme Duvernay-Tardif

Florence Dubé-Moreau... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Florence Dubé-Moreau

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Elle, c'est Florence Dubé-Moreau. Elle est titulaire d'une maîtrise en histoire de l'art de l'UQAM, elle est aussi auteure et commissaire indépendante en art. Elle gère des expositions à Montréal, Québec et Toronto.

Elle a une formation en danse contemporaine de l'École supérieure de ballet du Québec. Elle a longtemps vibré au rythme de son art, avant qu'une reconstruction de la hanche ne la force à la retraite, à 19 ans. Elle est éloquente, passionnée, réfléchie, féministe assumée.

Florence Dubé-Moreau... (PHOTO TIRÉE DU COMPTE INSTAGRAM @FLORENCE.DUBEMOREAU) - image 2.0

Agrandir

Florence Dubé-Moreau

PHOTO TIRÉE DU COMPTE INSTAGRAM @FLORENCE.DUBEMOREAU

Florence Dubé-Moreau est aussi la conjointe de Laurent Duvernay-Tardif qui, lui, n'a pas besoin de présentations. Et ce sera le coeur de notre discussion. Du jour au lendemain, Florence est devenue « la blonde de ». Son statut de « WAG », l'acronyme de wives and girlfriends (littéralement « la conjointe de »), l'a forcée à une profonde réflexion sur la place des femmes dans l'industrie sportive.

« Le football était étranger à ma vie. Mon père ne tripait pas sport, ma mère était dans les arts. Je vais faire une généralisation, mais quand tu viens du monde artistique, on a d'emblée des préjugés sur le football. On associe ça à des sports de brutes, on ne comprend pas trop le point. Je faisais entièrement partie de ces personnes. » - Florence Dubé-Moreau

Quand elle a rencontré Duvernay-Tardif, il étudiait en médecine à McGill. Le football, et à plus forte raison la NFL, semblait tellement loin. Elle était serveuse dans un restaurant à côté de la boulangerie familiale des Duvernay-Tardif. Laurent et elle jasaient de tout et de rien, ils sont tombés amoureux. Jusque-là, une idylle comme tant d'autres.

Tout s'est passé très vite ensuite. Duvernay-Tardif a commencé à susciter l'intérêt sur les terrains. Dubé-Moreau, elle, débordait de projets. Le couple, naturellement ambitieux, a plongé la tête la première, sans trop y réfléchir. Tant et si bien qu'un jour, elle s'est retrouvée dans un avion entre Montréal et Kansas City. Elle était devenue « la blonde de ». Remarquez, l'histoire n'est pas unique, avec la distinction importante qu'elle n'a jamais choisi de devenir une WAG.

Elle ne cherche pas à généraliser, mais plutôt à lever le voile sur l'inévitable réalité que vivent certaines femmes de joueurs, sans véritable moyen de s'en extirper. D'abord, elle a dû apprivoiser une nouvelle culture, celle du Midwest américain. 

« C'est très conservateur, très religieux. Ça m'a fait réfléchir sur le Québec aussi. Aux choses que l'on tient pour acquises, comme les questions féministes ou les droits LGBT. Ou des choses simples comme le recyclage. On ne recycle pas à Kansas City. Il y a des situations où je me disais : ce que je vis en ce moment est inconcevable. On est différents, on a juste accepté ça. Comme le fait aussi que nous ne sommes pas mariés, ou que les parents de Laurent ne sont pas mariés. On doit le justifier, chaque saison. Laurent n'a jamais eu à justifier au Québec qu'il ait été conçu hors mariage. C'est devenu très intéressant d'un point de vue culturel de découvrir les États-Unis. Sur le plan des valeurs, on ne se rejoint pas. Agree to disagree. »

La place des femmes

En cinq ans, Florence Dubé-Moreau a pu réfléchir à sa place dans la machine. Elle reconnaît qu'elle parle d'une posture privilégiée, en raison des millions de dollars, mais elle veut voir plus loin que l'argent. La question qu'elle pose : « Existe-t-il une autre industrie entière où la femme est au sommet et où elle demande à son mari de la suivre, d'être flexible et de faire tout pour qu'elle s'accomplisse ? »

Son expérience l'amène à conclure que c'est le résultat d'une tempête parfaite : l'argent et l'attention médiatique.

L'argent d'abord, l'enjeu inévitable. Duvernay-Tardif touche 8,5 millions par saison. Devant un tel déséquilibre des revenus, il est presque vain que la conjointe travaille. Certaines font ce choix (elle évalue que c'est le cas du tiers des conjointes chez les Chiefs), mais elles optent pour des professions « flexibles », pour suivre leur conjoint aux quatre coins de l'Amérique. Là encore, quand la saison de football se termine et que tout le monde rentre à la maison, que faire ? Rares sont les emplois qui offrent six mois de congé. Souvent, donc, elles fondent une famille tôt et reportent leur carrière à plus tard.

« Le mari est promu au rôle de pourvoyeur et la femme doit s'occuper de tout le reste, s'assurer que l'environnement soit optimal pour son mari. » - Florence Dubé-Moreau

« Si tu ajoutes cette réalité à un contexte très conservateur, j'ai eu des discussions avec des hommes et des femmes à Kansas City qui me disaient des trucs hallucinants. Que c'est mon devoir de femme de faire ça, que ça fait partie de mon devoir d'épouse que mon mari ne réfléchisse à rien. Le ménage, les comptes, l'éducation des enfants, l'épicerie. Tout. Les filles font les valises de leur conjoint quand il joue à l'extérieur. C'est next level. Ces gars n'ont à se soucier de rien. Sauf Laurent, le pauvre [rires]. Qui voudrait changer ce système-là ? Après, comment promouvoir des rôles égaux ? »

Puis, il y a l'attention médiatique. Elle cite l'exemple du destin funeste des Canadiennes de Montréal pour illustrer son argument.

« C'est pour moi un des symptômes de l'industrie du sport professionnel essentiellement masculine. Il y a quelque chose à la base qui fait un certain tort à l'égalité hommes-femmes. Je sais que c'est intense, ce que je dis. La large majorité du sport diffusé est masculin. Les personnes responsables sont des hommes, les commentateurs aussi. Comment fait-on ensuite pour parler des femmes ? [...] Non seulement c'est l'homme qui rapporte beaucoup d'argent, mais c'est aussi lui, le centre du spectacle. C'est difficile de protéger les femmes là-dedans et de faire en sorte qu'elles aient l'espace pour devenir des individus autonomes. C'est juste un constat auquel je suis arrivée au fil des années. J'ai juste l'impression qu'on ne leur donne aucune chance. C'est comme si c'était un système qui les case dans un rôle de mère, de prendre soin, et de ne pas trop chialer car elles bénéficient d'un rythme de vie privilégié. Et c'est vrai. C'est une position ingrate. »

Malgré elle, Florence Dubé-Moreau est entrée dans le moule, ou presque. Elle partage son temps entre deux villes. Elle rythme sa vie sur le football. Elle voit ces femmes qui essaient de ne pas accoucher en cours de saison. Elle s'est longuement demandé comment conjuguer féminisme et NFL. « Avec le temps, la question a évolué vers : je veux vivre avec Laurent, j'aime Laurent, donc comment être dans la NFL avec mes convictions ? »

Elle reste donc au Québec pour sa carrière, avec la conséquence d'une relation à distance la moitié de l'année. Elle a aussi choisi de s'exprimer publiquement pour au moins lancer la discussion. Ne lui demandez pas non plus de porter le fameux chandail au nom de son amoureux que les conjointes arborent généralement. Elle en possède un, intouché. Un choix conscient, pour rappeler que les deux individus dans le couple sont distincts. Mais elle complète, tout de suite. Comme si elle devait se justifier : « Ce n'est pas que je ne suis pas fière, je suis extrêmement fière, j'admire Laurent. C'est une personne inspirante. »

Quoi qu'il en soit, l'ampleur de la NFL a saisi le couple. La folie, les millions, la célébrité, les stades, la culture populaire. C'est pour ça, entre autres, qu'il a créé la Fondation LDT. Pour commencer, à petite échelle, à donner un sens à la démesure.

> Lisez les chroniques de Florence Dubé-Moreau dans Urbania




la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer