Le Canada, un des plus grands producteurs de sapins de Noël, dépense plus en importation de sapins artificiels chinois qu'il n'en gagne en exportant ses sapins naturels.

Mis à jour le 12 déc. 2013
AGENCE FRANCE-PRESSE

À l'approche de Noël, l'institut canadien des statistiques a souligné mercredi sur son compte twitter que les achats de sapins artificiels à la Chine avaient été de 48,5 millions de dollars canadiens en 2012.

En revanche, le Canada a engrangé seulement 26,7 millions de dollars en exportant ses sapins de Noël naturels, dont la quasi totalité ont été envoyés vers les États-Unis qui ont acheté 1,5 million d'arbres au Canada.

Outre son plus gros client américain, le Canada exporte également des sapins naturels vers des pays comme la France, les Bahamas, le Japon, la Thaïlande ou le Vénézuela.

Les Canadiens restent cependant attachés à la tradition avec le sapin naturel produit par leurs fermiers sur un peu plus de 2300 exploitations.

La production de sapins naturels a baissé sur la dernière décennie et, en conséquence, les revenus des sylviculteurs canadiens ont chuté de 22% entre 2001 et 2012 à 52 millions de dollars, selon les données de Statistiques Canada.

La superficie des terres destinées à la culture des arbres de Noël a aussi décliné de près d'un quart au cours de la même période d'après les chiffres du recensement de l'agriculture.