En menant notre recherche sur le confort au lit, nous avons appris une foule de choses que vous ne manquerez pas de prendre en compte avant l'achat de votre prochaine literie et de vos accessoires. On ne parle pas ici de matelas, mais plutôt de linge de lit, de duvet et de nid douillet. Calez-vous bien et bonne lecture...

Publié le 16 avr. 2012
Marie-France Léger LA PRESSE

Des draps en fibres naturelles

«Le lin, le coton, le bambou procurent un confort supérieur grâce aux fibres naturelles qui respirent», assure Marie-Josée Fontaine, de chez Dorlottine. Avec les fibres, en effet, on ressent beaucoup moins la sueur, la chaleur. «Les fibres naturelles ne bloquent pas l'humidité sur nous.»

Selon elle, au toucher, le lin est véritablement la matière à privilégier pour un confort de première catégorie.

Des accessoires, mais pas trop

Les gens optent de plus en plus pour la sobriété, selon Mme Valiquette : «Ils ne veulent pas déplacer trop d'oreillers et de coussins décoratifs, le soir au coucher.» La tête des lits plateformes est souvent très basse et à peine visible avec les oreillers. Le look à la mode? «On peut mettre les oreillers à plat, ça donne un cachet contemporain.

Chez Dorlottine, on croit au contraire que plus les coussins sont nombreux, plus le confort est de la partie. Marie-Josée Fontaine privilégie deux grands oreillers carrés européens derrière les quatre oreillers (dont deux décoratifs) afin de s'appuyer pour lire, travailler ou regarder la télé.

Laurence Marincacci, de chez Buk&Nola choisira plutôt des coussins décoratifs de différentes tailles en appui sur une confortable tête de lit rembourrée, en cuir ou en tissu.

Un éclairage adéquat

Laurence Marinacci opte assurément pour une suspension au plafond, de type chandelier ou avec des abat-jour pour inviter davantage à la détente. «Une suspension qui descend, ça donne un point focal.» Placer un banc en bout de lit complètera le tableau, pour poser plateau, coussins ou vêtements.

La couette en duvet

On la prendra soit légère, trois ou quatre saisons. Le poids de la couette dépend de la quantité de duvet à l'intérieur. Comme on peut rarement en acheter deux, une pour l'hiver et une pour l'été, la plupart des marchands recommandent la «Quatre saisons». De toute façon, l'été, à moins d'avoir la climatisation, on l'enlève carrément. Pour Marie-Josée Valiquette, de Boutique Safran, l'idéal, en temps de canicule, serait de la plier délicatement à nos pieds pour donner de l'opulence ou de la remplacer par un couvre-lit en lin ou un chenillé blanc, avec franges, très années 1970.

Facteur de gonflement

Là, on parle des vraies affaires. Saviez-vous que l'indice de gonflement est également important pour accentuer le niveau de confort? Les choix : gonflement à 600, 700 ou 800. Le facteur de gonflement est aussi lié à la qualité du duvet. À 800, il s'agit définitivement de duvet d'oie mature, nous explique Marie-Josée Fontaine de chez Dorlottine, à Saint-Lambert. «Le duvet d'une oie mature est à son maximum de gonflement», indique-t-elle. Chez Boutique Safran, à Outremont, on explique aussi que la qualité croit avec l'âge de la bête : «Plus le duvet est mature, plus le duvet sera développé», souligne Marie-Josée Valiquette.

Mme Fontaine ne jure quant à elle que par le duvet d'oie blanche, de meilleure qualité, dit-elle, que le duvet de canard. Elle conseille du duvet plutôt que des plumes, car il y a risque d'allergies. «La tige de la plume peut causer des allergies et la plume, c'est aussi plus lourd que du duvet. Le duvet, lui, peut être traité avec un antiallergène», poursuit Mme Fontaine.

Coton égyptien à haut filage

Plus les draps ont un haut degré de filage, plus on suppose qu'ils sont résistants. Ainsi un coton ordinaire proposera 150 fils au pouce carré. Un coton haut de gamme atteindra les 400 fils au pouce carré. Mais la qualité du coton est également déterminée par la longueur des fibres qui jouent aussi sur la solidité, le lustré et le toucher soyeux. L'Égypte est reconnue pour produire un coton de grande qualité, dont le fameux Giza. Le coton Supima a également ses lettres de noblesse.

Reste que même à haut filage et résistants, de bons draps en coton sont moitié moins chers que des draps en lin. «Le lin, c'est élégant quand c'est froissé. Il faut aimer ça. Avec le lin, on ne compte pas le nombre de fils», signale Mme Valiquette, de chez Safran. Notez qu'il existe aussi différentes robes de coton pour la couette, qui déterminent la qualité et la résistance. Il suffit de regarder l'étiquette pour connaître le nombre de fils. Un ensemble de draps double grand format de coton égyptien de bonne qualité, tissé en Chine, se détaille autour de 150 $. Tissé en Italie, l'ensemble se chiffrera à 350 $. Un ensemble Giza, flirtera quant à lui avec les 500 $. Le prix de départ pour des draps en lin? Au minimum 400 $.

Un plumard en plus

Ici, un plumard, c'est un couvre-matelas fait de duvet et de plumes. Récent dans la culture du lit en Amérique du Nord, c'est le summum du confort, selon Marie-Josée Valiquette. On le choisit en duvet ou en plumes. Ou encore en combinaison des deux. «C'est comme dormir sur deux épaisseurs de couette. Il y a une épaisseur de plumes en dessous et du duvet sur le dessus. C'est une question de douceur, on ne veut pas sentir la colonne de la plume dans le dos! ...». Le coût d'un plumard? À partir de 500 $.

Le mélange des textures

Pour élever le niveau de confort, il est, paraît-il, incontournable de mélanger les textures sur un lit. Cela procure des degrés sensoriels différents en terme de vision et de toucher.

Pour Laurence Marinacci, de la boutique Buk et Nola, et Marie-Josée Valiquette, de Safran, il faut varier les tissus sans hésitation, tant sur le linge de lit que les accessoires.

«C'est plus joli, surtout quand la lumière tombe dessus. On peut voir les changements et la richesse des tissus», confie la propriétaire de Safran.

Pour Laurence Marinacci, il faut jouer avec le coton et le lin «pour vivre différentes expériences sensorielles.» Un ou deux coussins en soie piqueront la curiosité.

Chez Safran, on privilégie surtout le ton sur ton, mais avec des textures mariant un coton sobre à un jacquard baroque.