Allure, prestance, le mur végétalisé donne du caractère à un décor, un effet « wow » sans équivoque. On profite généralement d'une rénovation majeure ou d'une construction à neuf pour installer les jardins verticaux automatisés. Quant aux murs verts de moindre envergure, ils exercent eux aussi une influence équilibrante.

Mis à jour le 17 déc. 2015
Carole Thibaudeau LA PRESSE

Pour qui ? 

Chez EnviroZone, il faut compter entre 120 et 170 $ le pied carré, plantes incluses, pour installer une surface végétale avec irrigation automatique, sur un mur sans complication particulière. La structure, le cadre et le bassin de drainage sont en acier inoxydable (on voit aussi parfois du corian, de l'ardoise, etc.). « Pour une surface sous les 50 pi2, nous conseillons moins le module d'irrigation automatique », indique Guillaume Dubeuf, associé chez EnviroZone. Outre l'espace mural requis, il faut trouver où dissimuler le panneau de contrôle, lequel mesure 3 pi sur 4 pi.

Arrosage manuel

Dans un registre moins élaboré, il existe une panoplie de jardins verticaux à arroser manuellement, certains sur roulettes, d'autres à suspendre comme des cadres. Ils contiennent des pochettes textiles dans lesquelles on insère les plants (Vert Métal) ou encore des grilles de support à pots traditionnels (Liberty d'EnviroZone, murs intérieurs vivants de Planterra ou Smart Wall Garden Cabinet de GSky). « Plus simplement, on met en bac une plante grimpante et on la fait monter sur un grillage », explique Claude Vallée, professeur en horticulture à l'Institut de technologie agroalimentaire, campus de Saint-Hyacinthe.

Le choix des plants 

Les plants d'un mur vert sont choisis en fonction des conditions ambiantes de lumière et de température, ainsi que de l'esthétique désirée. Parfois, il faut ajouter des lampes horticoles. Chez EnviroZone, on utilise entre 30 et 50 variétés de plantes.

L'effet purifiant

« Il est difficile de quantifier l'effet dépolluant des plantes d'intérieur, à cause du manque d'études menées en milieu résidentiel, affirme M. Vallée. Mais on sait hors de tout doute qu'elles participent à l'effet dépolluant, en plus d'oxygéner l'air ambiant. » Les systèmes les plus efficaces, ajoute-t-il, aspirent l'air à la hauteur des racines avant de le faire entrer dans le système de ventilation, comme c'est le cas à la Maison du développement durable, à Montréal. Par ailleurs, les murs verticaux bien entretenus n'apportent pas de problèmes d'humidité ou d'insectes particuliers.

L'entretien 

Le jardin vertical automatisé s'avère de peu d'entretien. « Ramasser une feuille de temps en temps fait partie du plaisir, confie Simon Boyer. Et en huit mois, je n'ai pas eu à tailler les plants, qui atteindront leur maturité à 2 pi d'épaisseur. Il faut ajouter du liquide nutritif une fois par année. » Les premières semaines d'établissement du mur demandent toutefois de nombreux ajustements, pour trouver le niveau d'irrigation requis. EnviroZone offre des contrats d'entretien avec visites régulières. L'entreprise donne également une garantie de trois mois sur les plantes, le temps qu'elles s'habituent à leur nouvel environnement.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Il existe une panoplie de jardins verticaux à arroser manuellement.