Un mur de briques à l’aspect tellement rugueux que l’on prend garde de ne pas s’y frotter ; une forêt lumineuse sentant presque le pin ; une fenêtre donnant sur une cour italienne : bien choisies et correctement installées, par soi-même ou avec l’aide d’un designer, les muraux trompe-l’œil peuvent créer des illusions confondantes et immersives.

Sylvain Sarrazin Sylvain Sarrazin
La Presse

Un réalisme saisissant

Oubliez les palmiers et cocotiers un peu grossiers qui tapissaient les murs dans les années 80. Grâce à l’apparition de nouveaux motifs plus modernes et aux très hautes résolutions aiguisant la finesse des détails, les murales intérieures peuvent s’affranchir du côté kitsch qui leur colle au papier peint.

  • Exemples de projets réalisés par Numérart

    PHOTO PATRICK PEPIN, FOURNIE PAR NUMÉRART

    Exemples de projets réalisés par Numérart

  • Exemples de projets réalisés par Numérart

    PHOTO FOURNIE PAR NUMÉRART

    Exemples de projets réalisés par Numérart

  • Exemples de projets réalisés par Numérart

    PHOTO FOURNIE PAR NUMÉRART

    Exemples de projets réalisés par Numérart

  • Exemples de projets réalisés par Numérart

    PHOTO FOURNIE PAR NUMÉRART

    Exemples de projets réalisés par Numérart

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

« Une murale, pour l’investissement que ça représente, ça peut rapidement avoir un gros impact sur le décor », avertit Esther Pichette, chargée de projet et designer d’intérieur chez Numérart.

Sur son téléphone, elle fait défiler des exemples de projets, résidentiels ou institutionnels, réalisés par l’atelier, dont une reproduction de cimes d’arbres installée sur le plafond de la salle de yoga d’un particulier – ce qui donne l’impression au pratiquant allongé de contempler le ciel. Elle nous présente aussi un mur de briques si détaillé qu’on jurerait qu’il est en 3D. Il ne s’agit que de quelques exemples tirés de la banque d’images très fournie de Numérart, qui propose d’accompagner le client le long de son projet, avec l’aide d’un designer qui pilotera le tout.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Si l’on ne peut pas se payer un appartement avec vue sur le centre-ville, on peut se tourner vers une œuvre murale reproduisant l’effet.

« À partir de l’idée, on crée le concept, on fait une recherche d’image, puis on la retouche au besoin pour qu’elle soit parfaitement adaptée au mur. Si nous n’avons pas l’image en banque, on peut la prendre avec notre photographe », explique Mme Pichette. Le tout est imprimé sur mesure dans l’atelier de l’agence.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Les très hautes résolutions utilisées pour ces trompe-œil leur donnent un réalisme saisissant. Ici, un mur de briques réalisé par Muralunique.

Du côté de Muralunique, entreprise montréalaise qui conçoit également des trompe-l’œil, on trouve aussi un catalogue très complet, florilège de paysages et textures, déjà imprimés et stockés, et prêts à être installés. Là aussi, les propriétaires nous ont montré leurs belles réalisations, dont un mur-plafond simulant une vue depuis le fond d’une piscine, nageur inclus.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Les modèles représentant certaines textures aux teintes neutres, telles que le béton, l’acier ou la brique, remportent un certain succès auprès du public.

Des tendances qui ne trompent pas

Même si bien des folies sont envisageables, certains types de trompe-l’œil remportent davantage de succès auprès de la clientèle résidentielle. « Les gens aiment généralement les tons assez neutres, les paysages un peu vaporeux, les textures comme la brique ou le béton, qui sont très modernes et accrochent l’œil », énumère Sylvain Chartier, vice-président de Muralunique.

  • Exemples de projets réalisés par Muralunique

    PHOTO FOURNIE PAR MURALUNIQUE

    Exemples de projets réalisés par Muralunique

  • Exemples de projets réalisés par Muralunique

    PHOTO FOURNIE PAR MURALUNIQUE

    Exemples de projets réalisés par Muralunique

  • Exemples de projets réalisés par Muralunique

    PHOTO FOURNIE PAR MURALUNIQUE

    Exemples de projets réalisés par Muralunique

  • Exemples de projets réalisés par Muralunique

    PHOTO FOURNIE PAR MURALUNIQUE

    Exemples de projets réalisés par Muralunique

  • Exemples de projets réalisés par Muralunique

    PHOTO FOURNIE PAR MURALUNIQUE

    Exemples de projets réalisés par Muralunique

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

On retrouve ainsi des contrastes, entre des textures d’acier au look industriel, sobres, et des boisés ensoleillés qui apportent une touche naturelle à une pièce.

Des clés pour la réussite d’un projet

Chaque cas est particulier, mais quelques pistes peuvent être suivies pour maximiser l’impact d’un trompe-l’œil. Esther Pichette propose par exemple d’aller chercher un élément d’architecture de la pièce, comme une poutre de bois, pour le reproduire et l’incorporer dans le trompe-l’œil, afin de créer un environnement harmonieux. Mais l’inverse est aussi possible, un trompe-l’œil pouvant au contraire camoufler des éléments indésirables ou inesthétiques, comme une porte de placard ou un cadre de porte.

PHOTO FOURNIE PAR MURALUNIQUE

Le choix du papier où sera imprimé le trompe-l’œil peut aussi sublimer le réalisme recherché. Ainsi, parmi une quinzaine de supports à disposition, Numérart orientera son client vers le mieux adapté au projet. « Il faut que le type de papier reflète le plus possible la réalité de la matière. Par exemple, si on veut reproduire un mur de pierres, on choisira un papier plus granuleux », suggère Mme Pichette.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Trois exemples de trompe-l’œil sur le thème de la pierre 

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Trois exemples de trompe-l’œil sur le thème de la nature. Les photos de paysages vaporeux sont aussi très prisées. 

Pour ceux qui décident de poser eux-mêmes leur trompe-l’œil, un petit truc à savoir au sujet des multiples bandes qui devront se chevaucher l’une l’autre : la bande qui passe par-dessus la bande voisine devrait être située du côté de la source de lumière (provenant par exemple d’une fenêtre), ce qui réduit la visibilité de la jointure, recommandent les propriétaires de Muralunique.

La pose, pas si cauchemardesque

Se lancer dans la pose de bandes de papier peint peut en faire frissonner plus d’un – ceux-ci se tourneront vers le service d’installation professionnel –, mais toute personne un tant soit peu habile devrait parvenir à s’acquitter de la tâche. « Surtout, ne jamais poser sur un mur de latex fraîchement peint ni sur un primer seul », insiste Pierre Cousineau, président de Muralunique, qui recommande un sablage préalable de la surface. 

PHOTO FOURNIE PAR NUMÉRART

Ce dernier nous a fait une démonstration de la pose et du décollage de papier de type préencollé : trempage dans l’eau, placement des bandes (qui peuvent être ajustées pendant trois minutes) à l’aide de repères pour parfaire les raccords, évacuation des bulles d’air avec un racloir. Il faut ensuite attendre de deux à quatre heures pour le séchage. Le décollage se fait facilement et sans douleur, et il est même possible de réinstaller les bandes en réappliquant la colle adéquate supplémentaire.

Notez qu’un guide d’instruction très complet est offert sur le site de Muralunique.

  • Si l’on souhaite installer soi-même le trompe-l’œil, il faut dans un premier temps tremper le papier peint dans un bac d’eau tiède. 

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Si l’on souhaite installer soi-même le trompe-l’œil, il faut dans un premier temps tremper le papier peint dans un bac d’eau tiède. 

  • La murale étant divisée en plusieurs bandes, il faut les juxtaposer et s’aider des repères pour que les jointures coïncident parfaitement. 

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    La murale étant divisée en plusieurs bandes, il faut les juxtaposer et s’aider des repères pour que les jointures coïncident parfaitement. 

  • On retire ensuite les bulles d’air qui peuvent se former. Ce n’est pas très grave s’il reste quelques petites bulles, celles-ci disparaîtront au séchage. 

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    On retire ensuite les bulles d’air qui peuvent se former. Ce n’est pas très grave s’il reste quelques petites bulles, celles-ci disparaîtront au séchage. 

  • M. Cousineau nous montre comment les murales, posées sur des surfaces bien préparées et adéquates, peuvent s’enlever facilement à sec, sans endommager le mur. Elles peuvent même être réutilisées, si l’on rajoute de la colle. 

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    M. Cousineau nous montre comment les murales, posées sur des surfaces bien préparées et adéquates, peuvent s’enlever facilement à sec, sans endommager le mur. Elles peuvent même être réutilisées, si l’on rajoute de la colle. 

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

Ça coûte combien ?

Le prix d’un projet de trompe-l’œil sera fonction de la taille de la murale, du degré de personnalisation du projet, du type de papier utilisé, du recours aux services d’un designer ou d’un installateur. Chez Numérart, qui propose un service personnalisé clés en main, avec designer et installation, il faut compter environ 920 $ pour un trompe-l’œil simple de 8 pi sur 12 pi en papier préencollé.

Du côté de chez Muralunique, il en coûte 319 $ pour les mêmes dimensions et matériaux (papier mélangé avec du polyester préencollé, aspect mat), sans service de designer (on peut vous guider vers des services externes), ce à quoi il faut ajouter 170 $ pour l’installation.