(Wilmington) La distribution des vaccins contre la COVID-19 par l’administration Trump a été « une mascarade », a accusé vendredi le président élu Joe Biden, qui sera investi dans 12 jours.  

Agence France-Presse

« Les vaccins nous donnent de l’espoir, mais la distribution a été une mascarade », a-t-il déclaré depuis son fief de Wilmington, dans le Delaware. « Cela sera le défi opérationnel le plus grand auquel nous ferons jamais face en tant que nation », a-t-il ajouté.

La 2e dose ne sera pas retenue

Plus tôt dans la matinée de vendredi, la chaîne CNN a rapporté que la future administration Biden distribuerait toutes les doses de vaccin contre la COVID-19 à disposition, plutôt que d’effectuer la rétention de la moitié des doses pour respecter les délais de la seconde injection.

« Le président élu estime que nous devons accélérer la distribution du vaccin tout en continuant à s’assurer que les Américains qui en ont le plus besoin l’obtiennent aussi vite que possible », a affirmé à CNN TJ Ducklo, un porte-parole de l’équipe de transition de Joe Biden.

Il est en faveur de la distribution immédiate des doses disponibles, et considère que le gouvernement devrait cesser de freiner l’approvisionnement des vaccins, afin qu’il y ait plus de doses dans les bras des Américains dès maintenant.

TJ Ducklo, porte-parole de l’équipe de transition de Joe Biden.

Les deux vaccins actuellement autorisés aux États-Unis, développés par Pfizer/BioNTech et Moderna, nécessitent que les bénéficiaires reçoivent une seconde dose dans un délai de trois ou quatre semaines respectivement.

En éliminant l’obligation de retenir la moitié des réserves, les autorités espèrent amplifier le nombre de personnes qui pourrait recevoir le vaccin rapidement.

Mais retarder l’injection de la seconde dose réduirait le niveau de protection individuelle et l’Agence américaine des médicaments (FDA) et l’immunologue et conseiller au gouvernement Anthony Fauci s’y sont opposés.

Cependant ce changement de politique annoncé par la future administration Biden demeure théorique pour le moment, puisque le problème majeur dans la campagne de vaccination aux États-Unis réside actuellement dans la distribution des doses plus que leur approvisionnement.

Le gouvernement fédéral a ainsi supervisé l’envoi de 21,4 millions de doses, alors que seulement 5,9 millions de personnes ont reçu une première injection.

Les quelque 15,5 millions de doses restantes n’ont pas été mises en réserve pour être utilisées comme secondes doses, mais sont en réalité stockées au froid par les hôpitaux et cliniques qui ne les ont pas encore utilisées.

Les États-Unis sont le pays le plus endeuillé avec plus de 365 000 décès enregistrés depuis le début de la pandémie, dont presque 4000 en 24 heures rien que jeudi selon l’université Johns Hopkins, qui fait référence.