Source ID:; App Source:

États-Unis: le crime à son plus bas niveau

À New York, le changement a été ... (Photo : Lucas Jackson, archives Reuters)

Agrandir

À New York, le changement a été radical. Au début des années 90, 700 000 crimes étaient rapportés chaque année. L'an dernier, moins de 105 000 crimes ont été signalés aux autorités.

Photo : Lucas Jackson, archives Reuters

(Los Angeles) Durant des années, un gardien armé était posté jour et nuit devant les ateliers remplis d'outils spécialisés du Los Angeles Department of Water and Power, rue Hoover. Puis, un matin, le gardien n'était plus là.

«Ça fait deux ou trois ans de cela, se souvient Carlos Mendes, propriétaire d'une petite boutique d'antiquités, en face. La protection intensive, ça fait partie d'une autre époque. Aujourd'hui, le quartier est beaucoup plus sûr.»

La nuit, M. Mendes avait l'habitude de s'endormir au son des rotors d'hélicoptères de la police de Los Angeles (LAPD), qui patrouillaient dans le secteur. «Maintenant, les jeunes familles achètent des maisons par ici et font des rénovations. Les gens se promènent le soir. C'est un changement radical.»

Ce qui se passe rue Hoover n'est pas un cas isolé. Les actes de violence et les crimes sont à leur plus bas niveau en 40 ans aux États-Unis, selon les données du gouvernement fédéral.

À Los Angeles, le nombre de crimes chute chaque année depuis 10 ans. L'an dernier, 298 homicides ont été commis sur le territoire du LAPD. Au milieu des années 90, plus de 1200 meurtres étaient enregistrés annuellement. Tout ça, dans une ville dont la population croit constamment.

Même les quartiers durs ont vu la violence diminuer. Compton, par exemple, a connu 17 meurtres en 2011, une baisse de 60 % par rapport à 2007.

À New York, le changement a aussi été radical. Au début des années 90, 700 000 crimes étaient rapportés chaque année. L'an dernier, moins de 105 000 crimes ont été signalés aux autorités.

Qu'est-ce qui a changé? George Tita, professeur au département de criminologie de l'Université de la Californie à Irvine, dit être surpris de voir la violence et la criminalité baisser, et ce, malgré la hausse du taux de chômage.

«Le nombre d'Américains qui vivent dans la pauvreté a augmenté depuis la crise financière de 2008, dit-il en entrevue avec La Presse. Le stress, la frustration, le manque de revenus: tout ça semble laisser présager une hausse de la criminalité. Or, le contraire s'est produit.»

Les experts ont cité plusieurs causes possibles, allant de la fin de l'épidémie de crack des années 90 à la hausse du niveau d'incarcération, ce qui garde les criminels loin de la rue.

Pour M. Tita, ces facteurs jouent un rôle, tout comme l'émergence de l'internet et des téléphones cellulaires.

«Avant, les vendeurs de drogue occupaient les coins de rue, ce qui créait un climat d'intimidation. Aujourd'hui, ils correspondent avec leurs clients par messages texte.»

Les jeunes hommes - groupe traditionnellement responsable d'une partie importante des crimes - passent aussi plus de temps à l'intérieur.

«La violence survient quand il y a des jeunes qui n'ont rien à faire, dit M. Tita. Depuis quelques années, les jeunes sont sur Facebook ou devant des jeux vidéo. Ils trainent moins dans la rue.»

La passion du moment

Dans un récent entretien au réseau NPR, l'ancien chef de la police de New York et de Los Angeles, William Bratton, a dit qu'il faut d'abord remercier la police pour la baisse de la criminalité.

Sous sa supervision, la police de New York et de Los Angeles a commencé à travailler sur les crimes dits «liés à la qualité de vie». Les gens qui sautaient les tourniquets dans le métro, par exemple, ou les petits revendeurs de drogue qui opéraient impunément au coin des rues.

«En contrôlant les comportements, la police a, dans les faits, lancé le message que la loi est là pour être respectée, a-t-il dit. Une personne est prise dans la passion du moment et décide de commettre un crime. C'est ici que la police entre en jeu. La police est là pour contrôler les comportements.»

Frank E. Zimring n'y croit pas. Professeur de droit à l'Université Berkeley et auteur de plusieurs livres sur la violence dans la société américaine, M. Zimring est l'un des experts les plus souvent cités en matière de prévention de la criminalité aux États-Unis.

Les efforts des policiers dans les quartiers chauds de New York et de Los Angeles sont louables et ont contribué à améliorer la qualité de vie des résidants, note-t-il. «Mais ces changements n'expliquent pas tout. Ceux qui y voient une réponse définitive font fausse route», explique-t-il en entrevue téléphonique.

Si la baisse s'expliquait par des changements dans le fonctionnement de la police dans les grandes villes, alors pourquoi observe-t-on une diminution du crime de façon uniforme, partout aux États-Unis? demande-t-il.

M. Zimring fait remarquer que l'Occident au complet - et notamment le Canada - a connu une baisse du taux de criminalité au cours des 20 dernières années.

«L'internet, les cellulaires et les jeux vidéo ne peuvent expliquer la baisse, car les crimes ont commencé à chuter de façon uniforme dans les années 90, avant que ces inventions ne prennent leur envol», dit-il.

Et, pour la première fois depuis les années 70, le taux d'incarcération a commencé à baisser aux États-Unis, en 2007. Jumelé avec une hausse spectaculaire du chômage, cela aurait dû créer un mélange explosif, note M. Zimring.

«La réalité, c'est que nous n'avons pas de théorie qui puisse expliquer le phénomène. Pour l'instant, c'est un mystère.»




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer