Le gouvernement indien a ordonné l'inspection de tous les centres gérés par l'organisation caritative de Mère Teresa à la suite de l'arrestation, dans l'un de ses refuges pour mères célibataires, d'une religieuse et d'un travailleur qui auraient vendu un bébé.

ASSOCIATED PRESS

L'arrestation au début du mois faisait suite à la plainte d'un couple indien qui a payé 1760 $ US à Anima Indwar, qui travaillait au refuge des Missionnaires de la Charité à Ranchi, la capitale de l'État du Jharkhand, en Inde.

La police dit enquêter sur trois autres plaintes.

Le gouvernement a indiqué tard lundi qu'il a demandé à tous les États d'inspecter immédiatement les maisons de soins gérés par les Missionnaires de la Charité.

Une porte-parole des Missionnaires de la Charité, Sunita Kumar, a refusé de commenter, mais elle avait précédemment indiqué que l'organisation mène sa propre enquête.

Mère Teresa a créé l'ordre des Missionnaires de la Charité à Calcutta en 1950 et a ensuite mis en place des centaines de refuges pour les personnes les plus nécessiteuses du monde, qu'elle décrit comme « les plus pauvres des pauvres ».

Elle a reçu le prix Nobel de la paix pour son travail caritatif en 1979, et le pape François l'a canonisée l'année dernière, deux décennies après sa mort.