La police chinoise a arrêté l'avocat Liu Weiguo alors que ce dernier rendait visite en prison à son client Xu Zhiyong, un avocat anti-corruption interpellé en début de semaine, a indiqué vendredi l'organisation Human Rights in China.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Liu Weiguo a été arrêté jeudi alors qu'il tentait de rencontrer Xu au centre de détention N°3 de Pékin», a précisé l'ONG basée aux États-Unis, en se référant à ses propres sources ainsi qu'à des informations présentes sur les réseaux sociaux.

«Après avoir procédé aux formalités pour voir (Xu), Liu Weiguo s'est vu répondre par les autorités (...) qu'il n'était pas qualifié pour défendre Xu», a rapporté sur son compte Twitter Hu Jia, un militant des droits de l'homme.

Selon Human Rights in China, Liu a ensuite été placé lui même en détention par les forces de sécurité publique, «sur des suspicions de +rassemblement perturbant l'ordre public+, la même charge qui avait été retenue contre Xu».

Liu Weiguo, avocat connu pour défendre des militants politiques, s'était également prononcé l'an dernier pour une réforme des camps de rééducation par le travail en Chine, en signant une lettre ouverte avec neuf de ses collègues.

Avocat et universitaire pékinois, Xu Zhiyong avait été interpellé mardi par la police.

Inlassable promoteur de réformes du système juridique, Xu avait publiquement appelé à la libération de militants anti-corruption arrêtés en avril dans le Jiangxi (centre) et d'activistes emprisonnés pour avoir exigé une transparence accrue sur le patrimoine des hauts fonctionnaires.

Les États-Unis ont fait part jeudi de leurs «inquiétudes» après l'arrestation de Xu.

«Nous appelons les autorités à relâcher Xu immédiatement (et) à ne plus restreindre sa liberté de mouvements», a déclaré aux médias Marie Harf, porte-parole du Département d'État.

«Les États-Unis s'inquiètent qu'il puisse être poursuivi en raison de sa campagne publique pour révéler les méfaits des fonctionnaires et de ses opinions pacifiquement exprimées», a-t-elle ajouté.

Xu est «une figure publique majeure dans la défense de la transparence et le combat contre les fonctionnaires corrompus», a estimé Mme Harf.

Des groupes de défense des droits de l'homme ont décrit une intensification des opérations menées contre des militants politiques en Chine depuis l'investiture en mars du président Xi Jinping.

Au moins 24 d'entre eux ont été interpellés depuis fin mars, selon Chinese Human Rights Defenders, ONG basée aux États-Unis.

Ces arrestations interviennent alors que les autorités chinoises ont assuré ces derniers mois faire de la lutte contre la corruption à tous les niveaux une de leurs priorités.