Plus de 70 conseillers et techniciens spécialisés américains opèrent actuellement en secret auprès de militaires au Pakistan pour les aider à lutter contre Al-Qaïda et les talibans qui sont présents dans les régions tribales, situées dans l'ouest du pays, rapporte dimanche soir The New York Times.

Mis à jour le 23 févr. 2009
AGENCE FRANCE-PRESSE

Les conseillers américains sont pour la plupart des militaires appartenant aux Forces Spéciales de l'armée, précise le quotidien américain, citant des responsables qui ont gardé l'anonymat.

Ces conseillers, placés sous la supervision de l'«US Central Command and Special Operations Command», contribuent à l'entraînement des militaires pakistanais et à la fourniture de renseignements, poursuit le journal. Les militaires américains toutefois ne participent aux opération de combat.

Ces conseillers font partie d'une force secrète mise sur pied en été 2008 avec le soutien du gouvernement et des militaires pakistanais, indique le quotidien Times.

Cette coopération commence à porter ses fruits, indique le journal.

Ainsi, selon le New York Times, une nouvelle unité de commando, dépendant de la «Frontier Corps», grâce à des informations notamment collectées par la CIA (service de renseignement américain), a pu ainsi tué ou capturé jusqu'à une soixantaine de militants, dont au moins cinq commandants rebelles.

Il y a quatre semaines, les commandos ont réussi à capturer un militant saoudien lié à Al-Qaeda.

Toutefois, les principaux responsables des talibans pakistanais, dont son leader, Baitullah Mehsud, et le chef des combattants de la vallée de Swat (nord-ouest du Pakistan) Maulana Fazlullah, courent toujours, ajoute le New York Times.

Le nord-ouest du Pakistan, en particulier les zones tribales longeant la frontière afghane, non loin de Peshawar, abrite des bastions des combattants islamistes pakistanais qui ont aidé les talibans afghans et Al-Qaeda à y reconstituer leurs forces.