Les services de secours azerbaïdjanais étudiaient lundi l’impact environnemental de l’impressionnante éruption d’un volcan de boue en mer Caspienne, dernier épisode en date de ce type de phénomène dans ce pays riche en hydrocarbures.

Agence France-Presse

L’éruption a eu lieu dimanche soir près de l’île de Dashly, à proximité de champs pétroliers et gaziers offshore, déclenchant une gigantesque colonne de feu qui s’est élevée jusqu’à 100 mètres de hauteur, a indiqué dans un communiqué le centre d’étude sismologique azerbaïdjanais.

« Des hélicoptères effectuent des vols au-dessus de la mer Caspienne pour étudier l’impact de l’éruption », ont précisé les services d’urgence de ce pays du Caucase, ajoutant qu’il « n’y a aucune menace pour les infrastructures pétrolières et gazières ou pour des vies humaines ».

Socar, l’entreprise publique azerbaïdjanaise de production de pétrole et de gaz, a assuré que l’éruption n’avait pas endommagé ses installations qui « continuent de fonctionner normalement ».

L’Azerbaïdjan abrite près d’un tiers des 1700 volcans de boue du monde, qu’ils soient souterrains ou sous-marins, selon l’Institut de géologie de Russie. Ceux-ci déclenchent rarement des catastrophes naturelles.