(Pékin) Des fonctionnaires chinois ont pénétré lundi dans l’enceinte du consulat des États-Unis à Chengdu peu après le départ des derniers employés de Washington, mettant fin à un épisode de sanctions mutuelles digne de la Guerre froide.

Agence France-Presse

Symboliquement, la bannière étoilée des États-Unis avait été descendue peu auparavant à l’intérieur du complexe diplomatique, selon des images de la télévision chinoise.

Contrairement aux jours précédents, les journalistes étrangers n’ont pas été autorisés par les forces de l’ordre à approcher de la représentation diplomatique.

Dans un communiqué, le ministère chinois des Affaires étrangères a confirmé la fermeture du consulat et indiqué que la Chine avait « pris possession » du bâtiment à 10 h [heure locale].

Inauguré en 1985, le consulat américain de Chengdu est devenu vendredi le dernier sujet d’une longue liste de contentieux entre Pékin et Washington, lorsque la Chine a ordonné la fermeture de la mission. Cette décision a été la réponse du régime communiste à la fermeture forcée de son consulat de Houston aux États-Unis par l’administration Trump.

Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a assuré jeudi que le consulat de Chine à Houston était une « plaque tournante de l’espionnage et du vol de propriété intellectuelle ». 

« Certains employés du consulat des États-Unis à Chengdu se sont livrés à des activités sortant de leurs attributions, ils se sont ingérés dans les affaires intérieures de la Chine et ont mis en danger la sécurité et les intérêts chinois », a accusé de son côté la diplomatie chinoise.