(Rangoun) Crainte pour sa santé, perte d’emploi, éloignement amoureux : les astrologues, si importants dans la société birmane, sont plus que jamais sollicités avec la pandémie de coronavirus.

Agence France-Presse

« Le nombre de consultations a explosé de 50 % », raconte à l’AFP la société Bagan Innovation Technology (BiT), qui gère une application d’astrologie en ligne et ses deux millions d’utilisateurs.

Les demandes sont diverses : un tel craint que ses proches soient contaminés, un autre s’inquiète pour son avenir, de nombreux travailleurs ayant perdu leur emploi avec le confinement d’une partie du pays.

L’amour est aussi au cœur des préoccupations : les nombreux Birmans employés en Thaïlande sont revenus dans leur village, laissant leur partenaire sur place. Ils s’interrogent sur le futur de leur relation si la crise sanitaire continue.

« Nous pouvons leur redonner confiance en l’avenir voire les sortir de dépression », assure Win Zaw, 70 ans, l’un des 23 astrologues employés par la plateforme internet.

Ces derniers dispensent aussi des conseils pour éloigner le mauvais sort.

Offrir des fleurs, nourrir les animaux des rues, Thiri, une jeune avocate dont le mariage et l’emploi sont remis en question avec la crise, s’est ainsi vu inciter à réaliser toute une série d’actions autour de chez elle.

Les nombreux cabinets d’astrologie ont fermé leur porte à cause de la pandémie et les Birmans se retournent ces dernières semaines vers les consultations en ligne.

PHOTO YE AUNG THU, AFP

De nombreux cabinets d’astrologie ont fermé leur porte à cause de la pandémie

C’est plus difficile, souligne Win Zaw. Lors d’une séance en face-à-face, un œil entraîné peut saisir des indices précieux dans la posture d’un client, « les prévisions à distance ne sont pas aussi précises », raconte-t-il.

L’astrologie, étroitement liée aux croyances bouddhistes, fait partie intégrante de la vie quotidienne birmane et touche même les plus hautes sphères politiques du pays.  

Plusieurs grandes décisions auraient été motivées par des astrologues.  

En 1970, l’un d’eux, estimant que le pays était trop à gauche, politiquement parlant, aurait incité le gouvernement à changer la conduite de gauche à droite.

Un autre serait aussi derrière la décision de la junte, alors au pouvoir, d’ordonner le transfert immédiat de toutes les administrations de Rangoun vers une nouvelle capitale, Naypyidaw, à 350 kilomètres au nord. L’opération s’est déroulée le 6  novembre 2005 à partir de 6 h 37, l’horaire idéal selon les astrologues.