Source ID:; App Source:

L'ex-idéologue des Khmers rouges nie tout lien avec «Douch»

Meo Soknen, 13 ans, se tient devant les... (Photo: AP)

Agrandir

Meo Soknen, 13 ans, se tient devant les ossements de centaines de Cambodgiens torturés et tués sous le régime des sanguinaires Khmers rouges.

Photo: AP

(Phnom Penh) Un ancien responsable du régime khmer rouge au Cambodge a réfuté les accusations de l'ancien chef du centre de détention et de tortures khmer rouge S-21 selon lesquelles il était impliqué dans les décisions d'exécuter et de mener des expériences médicales sur des prisonniers.

Un avocat de Nuon Chea, le principal idéologue du régime sanguinaire de Pol Pot, a déclaré jeudi que son client n'avait aucune autorité sur la prison S-21 et sur son chef, Kaing Guek Eav, alias «Duch» ou «Douch», actuellement jugé à Phnom Penh pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité, tortures et homicides commis à l'époque où il dirigeait ce centre de détention.

Mercredi à l'audience, un représentant du ministère public avait lu un document citant Nuon Chea comme l'homme qui avait ordonné à Kaing Guek Eav de tuer quatre groupes de prisonniers et autorisé des recherches médicales concernant des poisons sur des détenus. Le document présentait «Duch» comme la source de ces informations.

Son Arun, l'avocat de Nuon Chea, a affirmé que son client «nie catégoriquement ces allégations». Selon Son Arun, Nuon Chea pense que «Duch» a tenté de le mettre en cause pour obtenir une libération ou bénéficier d'une réduction de peine. «Duch», 66 ans, dont le procès a commencé lundi devant un tribunal mis en place sous l'égide des Nations unies, risque la prison à vie.

Nuon Chea est détenu dans la prison du tribunal, mais n'a pas encore été formellement inculpé. Figure autrement plus importante du régime khmer rouge de «Duch», il devrait être jugé au cours des prochaines années pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

On estime que 1,7 million de Cambodgiens sont morts à cause de la faim, du manque de soins médicaux, de conditions de travail inhumaines et d'exécutions sous les Khmers rouges. Au centre S-21, également connu sous le nom de Tuol Sleng, jusqu'à 16 000 hommes, femmes et enfants ont subi des sévices avant d'être tués.

«Duch» est le premier responsable du régime communiste de Pol Pot à être jugé. Après lui, quatre autres suspects, dont Nuon Chea, devraient ensuite être traduits en justice, tous septuagénaires ou octogénaires et aucun n'ayant reconnu les faits.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer