Source ID:d9056ae2e5e0312c890fd1dec832bbe1; App Source:StoryBuilder

Quand la pollution n'a pas de frontières

Une journée polluée à Shanghai, en Chine... (photo Johannes EISELE, archives agence france-presse)

Agrandir

Une journée polluée à Shanghai, en Chine

photo Johannes EISELE, archives agence france-presse

(WASHINGTON) Notre journaliste assiste au congrès annuel de l'American Association for the Advancement of Science (AAAS), la plus importante rencontre de science généraliste du monde, qui a pris fin hier, dimanche, dans la capitale des États-Unis.

Réduire la pollution atmosphérique est de plus en plus difficile dans les pays occidentaux. Les émissions de pays émergents comme la Chine et l'Inde voyagent beaucoup plus loin que prévu, révèle une nouvelle génération de satellites capables de suivre d'heure en heure les polluants. En Californie, la moitié des impacts des nouvelles normes antipollution sont ainsi annulés, ont expliqué dimanche des chercheurs au congrès annuel de l'AAAS.

Ozone

Depuis 20 ans, malgré un resserrement des normes sur la pollution automobile, le taux d'ozone au sol en Californie n'a presque pas bougé, alors qu'il a diminué dans l'est des États-Unis, où les normes sont moins sévères. Cela est essentiellement dû à la croissance économique en Chine, selon Meiyun Lin, de l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA). « Environ 20 % de l'ozone au sol en Californie provient de la Chine, dit Mme Lin. On peut maintenant le voir grâce aux nouveaux satellites qui font des analyses horaires, mais cela confirme des observations faites il y a quelques années sur la base des autres polluants associés à l'ozone. Il y a moins de monoxyde de carbone lié à l'ozone provenant de la Chine qu'avec l'ozone issu de la combustion de véhicules ou d'usines ou les incendies de forêt en Californie. Cela dit, au niveau régional, par exemple en Asie et en Europe, et à l'intérieur des pays, il y a du transport de monoxyde de carbone d'une région à l'autre. »

Particules fines

La moitié des efforts de réduction de la pollution en particules fines de moins de 2,5 mm (PM2,5) en Californie sont maintenant annulés par l'effet des PM2,5 provenant de la Chine, selon Daven Henze, de l'Université du Colorado, qui participait au même colloque. « La Chine, depuis quelques années, fait un effort de réduction de ses émissions, alors la croissance de la pollution se rendant jusqu'en Californie diminue depuis quelques années. Mais cet effort antipollution est essentiellement dirigé vers les zones industrialisées dans l'est de la Chine. Dans l'ouest du pays, où l'industrialisation est encore à un stade précoce très polluant, les émissions de PM2,5 à destination des autres pays augmentent. C'est la même chose en Inde. Cela fait que le Bangladesh, par exemple, ne pourrait que rester au même point, sur le plan du taux de PM2,5, même en éliminant totalement ses propres émissions. » M. Henze a fait une analyse des décès liés à la pollution transfrontalière et a établi pour chaque pays un bilan des morts liées à la pollution qu'il exporte et des morts liées à la pollution qui arrive dans ce pays en provenance de l'étranger. La pollution « exportée » par la Chine et les pays producteurs de pétrole du Moyen-Orient et d'Afrique cause dans d'autres pays deux fois plus de morts que la pollution « importée ». Le Canada cause légèrement (1,1 fois) plus de morts à l'étranger, selon ce même calcul.

Sécheresse

Un autre phénomène affecte la lutte contre la pollution atmosphérique : dans les zones frappées par la sécheresse, la végétation absorbe moins d'ozone. « Dans le sud-ouest des États-Unis, frappé par plusieurs vagues de sécheresse, et en Californie, ça accentue le problème de l'ozone exporté par la Chine, dit Mme Lin, de la NOAA. Il faut tenir compte de l'augmentation de la fréquence des sécheresses avec les changements climatiques dans l'évaluation des coûts des nouvelles réglementations sur l'ozone au sol. »

Londres

En novembre dernier, une étude portant sur 2000 enfants de Londres, parue dans la revue The Lancet, a conclu que les règles antipollution sévères mises en place en 2008 dans la capitale britannique - notamment l'interdiction des voitures et camions fabriqués avant 1990 - n'avaient eu aucun effet sur la santé des enfants. S'agit-il d'un effet de la pollution transfrontalière ? « C'est possible, ce serait exactement ce que nous prédisons », dit Pieternel Levelt, de l'Institut royal météorologique des Pays-Bas, un autre participant au colloque sur la pollution transfrontalière. L'étude du Lancet prédisait cependant que des normes encore plus sévères à Londres, qui à partir d'avril vont interdire toute voiture à essence fabriquée avant 2005 ou diesel fabriquée avant 2015, auraient, elles, un effet sur la santé des enfants. L'auteur de l'étude du Lancet, Chris Griffiths, de l'Université Queen Mary de Londres, avait expliqué à La Presse que la pollution transfrontalière avait été prise en compte, mais qu'elle n'avait pas un effet important.

Prédictions

Les nouveaux satellites permettant de suivre les panaches de pollution d'heure en heure pourraient permettre une meilleure adaptation des réglementations antipollution aux circonstances météorologiques. « Dans plusieurs villes européennes, par exemple, on interdit la circulation de voitures diesel quand il y a des épisodes importants de smog, dit Mme Lin. On pourra réagir à l'avance en détectant les panaches de pollution quand ils se forment dans d'autres pays et se dirigent vers notre ville, et réduire considérablement le nombre d'épisodes de smog au lieu de seulement intervenir quand ils sont déjà actifs. »

Les foyers

La pollution liée aux foyers au bois voyage-t-elle aussi ? « Il y a beaucoup de PM2,5 dans la fumée, qui voyage sur des milliers de kilomètres, et aussi des particules plus grosses, des PM10, qui voyagent sur des centaines de kilomètres », répond Daven Henze, de l'Université du Colorado, interrogé après le colloque de l'AAAS. Une ville réglementant les émissions des foyers, comme Montréal, peut-elle donc voir ses efforts annulés par ceux de sa banlieue ? « Potentiellement, dit M. Henze. Aux États-Unis la réglementation sur les foyers au bois a surtout été appliquée dans le Nord-Est, dans toute la région, alors ce n'est pas vraiment un problème. Mais il pourrait y avoir des effets sur les limites des États réglementant les foyers. »

***

EN CHIFFRES

De 38 à 50 parties par milliard (ppb): Taux d'ozone au sol moyen à Montréal en 2017

De 88 à 105 ppb: Maximum (99e percentile) du taux d'ozone au sol moyen à Montréal en 2017

De 6,2 à 8,6 ppb: Taux de particules fines (PM2,5) moyen à Montréal en 2017

De 25 à 32 ppb: Maximum (99e percentile) du taux de particules fines (PM2,5) moyen à Montréal en 2017

63 ppb: Cible d'ozone au sol au Canada

62 ppb: Cible d'ozone au sol au Canada à partir de 2020

28 microgrammes par mètre cube (µg/m3): Cible de particules fines (PM2,5) sur 24 heures au Canada

27 µg/m3: Cible de particules fines (PM2,5) sur 24 heures au Canada à partir de 2020

Sources : Conseil canadien des ministres de l'Environnement, Ville de Montréal




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer