Depuis 50 ans, 9 millions de barils de pétrole brut se sont déversés dans le delta du Niger. En mai dernier, au moment où les yeux du monde étaient tournés vers le golfe du Mexique et la fuite de la plateforme de forage Deep Horizon, une énième rupture d'oléoduc a provoqué une autre marée noire à l'autre bout du monde.

LA PRESSE

Alors que les dégâts causés par la société British Petroleum au large de la Louisiane ont fait l'objet de centaines de reportages dans les médias du monde entier, les fuites à répétition de Shell au Nigeria passent pratiquement inaperçues.

Pourtant, on le constate avec notre photoreportage, cette marée noire quasi permanente a d'énormes effets sur l'écologie, mais aussi sur les populations qui vivent aux abords de ces cours d'eau.