Les pandas roux, nouvelles cibles des braconniers en Asie

Seuls trois des six pandas roux sauvés des... (FREE THE BEARS VIA AFP)

Agrandir

Seuls trois des six pandas roux sauvés des braconniers ont survécu et ont été transférés dans un sanctuaire de Luang Prabang géré par l'ONG Free the Bears, dans le nord du Laos, où ils sont soignés.

FREE THE BEARS VIA AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Trois pandas roux, espèce en danger, ont été sauvés des braconniers au Laos le mois dernier, une découverte inhabituelle qui fait craindre aux défenseurs de l'environnement le développement d'un nouveau trafic.

Les six pandas roux, peu après leur saisie... (FREE THE BEARS VIA AFP) - image 1.0

Agrandir

Les six pandas roux, peu après leur saisie des mains de braconniers.

FREE THE BEARS VIA AFP

Le Laos, frontalier de la Chine et du Vietnam, est une plaque tournante dans le commerce mondial de la faune sauvage, mais la découverte de pandas roux est exceptionnelle, d'après les experts.

C'est lors d'un contrôle de routine de la douane, à la frontière entre la Chine et le Laos, que six pandas roux ont été découverts.

Mais seuls trois d'entre eux ont survécu et ont été transférés dans un sanctuaire de Luang Prabang géré par l'ONG Free the Bears, dans le nord du Laos, où ils sont soignés.

« Ils ont passé la période de quarantaine initiale de deux semaines, ce qui nous a permis de les déplacer dans des cages plus grandes, où ils ont plus de place pour grimper », a expliqué à l'AFP Rod Mabin, un des responsables de l'ONG Free the Bears.

Le groupe a diffusé des vidéos des trois survivants avec leur longue queue rousse, grignotant des feuilles et mangeant des fruits frais tout en jetant de temps à autre des coups d'oeil perplexes à la caméra.

Ces mammifères au pelage roux de la taille d'un chat, originaires de l'Himalaya et du sud-ouest de la Chine, ne doivent pas être confondus avec les pandas géants de Chine.

Cette espèce en danger est sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) depuis 1960, en grande partie en raison de la réduction de son habitat, mais aussi à cause d'un important braconnage.

« C'est une découverte très inhabituelle. Ils étaient fort probablement destinés à un zoo privé ou au commerce d'animaux exotiques », explique Rod Mabin.

D'après les premiers éléments de l'enquête, ils étaient en route vers la Thaïlande, destinés à devenir des animaux de compagnie, a ajouté Ang Phuri Sherpa, directeur de l'ONG Red Panda Network, qui souligne la nécessité pour les pays de faire « des efforts supplémentaires pour freiner le commerce illégal ».

D'après un rapport de l'UICN, l'intérêt pour les pandas roux « en tant qu'animaux de compagnie pourrait avoir augmenté, notamment en raison du nombre croissant d'images craquantes de ces animaux partagées sur les réseaux sociaux. »




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer