Les populations d'ours polaires de deux régions de l'Extrême-Arctique, au large du Groenland, se porteraient mieux qu'escompté.

LA PRESSE CANADIENNE

La première étude majeure réalisée depuis 20 ans dans les environs du bassin Kane et de la baie de Baffin a dénombré quelque 3300 ours -un nombre bien au-delà des prédictions des modèles scientifiques.

Or, la santé des ours de la baie de Baffin s'est détériorée. Avec la fonte de la banquise, ils passent près d'un mois de plus sur terre, ce qui limite leur chasse aux phoques, riches en gras.

Les femelles de la baie de Baffin passent moins de temps dans leur tanière maternelle, tandis que le taux de survie de leurs nouveau-nés s'effrite.

Du côté du bassin Kane, la population demeure stable et pourrait même être en progression.