Source ID:bd2390c1e46833df8c6b60815935236c; App Source:StoryBuilder

Arrêtés pour avoir posé des affiches appelant à la défense de l'environnement

Louis Ramirez, militant d'Extinction Rebellion, s'est fait arrêter... (Photo Olivier PontBriand, La Presse)

Agrandir

Louis Ramirez, militant d'Extinction Rebellion, s'est fait arrêter puis a été relâché, car il posait des affiches.

Photo Olivier PontBriand, La Presse

JEAN-THOMAS LÉVEILLÉ
La Presse

Quatre personnes ont été arrêtées par la police, puis rapidement relâchées, pour avoir installé des affiches appelant à la défense de l'environnement, lundi soir à Montréal.

Il s'agit de militants d'Extinction Rebellion, un mouvement non violent qui prône des changements radicaux pour résoudre la crise écologique qui menace la planète.

L'incident est survenu vers 22 h près de l'intersection de l'avenue du Parc et de la rue Van Horne, aux limites des arrondissements d'Outremont, de Rosemont-La Petite-Patrie et du Plateau-Mont-Royal.

Les militants apposaient leurs affiches à l'aide d'un... (Photo fournie par Louis Ramirez) - image 2.0

Agrandir

Les militants apposaient leurs affiches à l'aide d'un mélange d'eau et de farine, afin de minimiser leur impact négatif.

Photo fournie par Louis Ramirez

Les quatre militants apposaient différentes affiches, dont une à l'effigie de l'adolescente suédoise Greta Thunberg, qui manifeste tous les vendredis depuis plusieurs mois devant le parlement de son pays pour exhorter les élus à agir pour protéger le climat.

« Assez rapidement, une patrouille nous a surpris », raconte à La Presse Louis Ramirez, l'un des quatre militants interpellés.

« Ils nous ont plaqués contre le mur et menottés, pour certains, se souvient-il. Ils croyaient qu'on faisait des graffitis. »

Trois voitures de patrouille ont participé à l'intervention.... (Photo fournie par Louis Ramirez) - image 3.0

Agrandir

Trois voitures de patrouille ont participé à l'intervention.

Photo fournie par Louis Ramirez

Après avoir réalisé que ce n'était pas le cas, les policiers auraient indiqué aux quatre personnes qu'elles n'étaient « plus en état d'arrestation », poursuit M. Ramirez.

Ils leur ont alors remis un constat d'infraction de 496 $ pour avoir enfreint le règlement municipal interdisant « de coller ou d'agrafer une affiche ailleurs que sur une surface prévue à cette fin ».

Trois voitures de patrouille ont participé à l'intervention.

Pas ciblés pour leur message

Les militants ne croient pas que ce soit la nature de leur message qui a entraîné l'intervention de la police, qui « ne savait pas quelles étaient les affiches » au préalable, estime Louis Ramirez.

« Ils pensaient probablement que nous faisions du vandalisme », ajoute Austin Graff, un autre des militants interpellés à qui La Presse a parlé.

Il considère néanmoins que l'intervention policière était « superflue », puisque l'endroit était « déjà couvert d'affiches ».

La politique du mouvement Extinction Rebellion est de ne « rien faire qui puisse causer des frictions dans la communauté [et] certainement pas du vandalisme », explique Austin Graff.

Les militants apposaient d'ailleurs leurs affiches à l'aide d'un mélange d'eau et de farine, afin de minimiser leur impact négatif, expliquent-ils.

« Je pense que nous faisons la bonne chose », dit Austin Graff, qui se réjouit que des passants se soient arrêtés pour les soutenir et prendre des photos durant leur interpellation.

« On fait ça parce que la situation est grave, renchérit Louis Ramirez. Le bateau est en train de couler. »

Il ne voit « aucun problème » à installer de telles affiches sur le domaine public.

« Elles sont belles, pas grossières, elles alertent les gens. »

Le Service de police de la Ville de Montréal a refusé de confirmer l'incident ; « on ne commente pas les interventions particulières », a indiqué à La Presse Emmanuel Anglade, de la division des communications.

Les militants entendent contester le constat d'infraction qui leur a été remis.

***

Qu'est-ce qu'Extinction Rebellion ?

Le mouvement Extinction Rebellion (XR) est né en octobre dernier, en Grande-Bretagne, et prône la désobéissance civile comme moyen d'action pour alerter l'opinion publique et forcer les gouvernements à employer des moyens draconiens pour freiner le réchauffement climatique. XR a notamment fait parler de lui pour le blocage, par des milliers de personnes, des cinq principaux ponts de Londres, un samedi matin de novembre. Le mouvement a rapidement essaimé un peu partout dans le monde, notamment au Québec, où il commence à s'organiser.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer