La Russie a annoncé vendredi avoir interdit la chasse aux bébés phoques, sur l'ordre du Premier ministre Vladimir Poutine, mais les écologistes estiment que les mesures prises par les autorités laissent toujours le champ libre aux chasseurs.

Mis à jour le 27 févr. 2009
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le ministère des Ressources naturelles et de l'écologie a annoncé dans un communiqué avoir émis des nouvelle règles pour le nord du pays qui interdisent la chasse aux bébés phoques en mer Blanche.

La décision a été prise sur l'ordre de M. Poutine qui avait qualifié cette chasse de «pratique sanguinaire», selon le quotidien gouvernemental Rossiïskaïa Gazeta.

Mais les écologistes qui ont examiné le texte du document estiment que le problème est loin d'être réglé.

Les nouvelles règles interdisent la chasse aux bébés phoques à la fourrure blanche, les «belki», âgés de moins d'un mois, mais autorisent de chasser leurs frères aînés, à la fourrure grise, les «serki», qui ont moins d'un an et qui sont la principale cible des chasseurs, explique Vassili Spiridonov de WWF-Russie (Fonds mondial pour la nature).

L'interdiction de chasser les bébés phoques a été introduite «pour la période du 1er mai au 10 mars», alors que «la saison de chasse la plus intense, en mars et avril, reste ouverte», s'indigne Igor Beliatski du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW).

La population de phoques du Groenland en Russie a baissé de 200.000 à 300.000 individus au cours des dix dernières années. Quelque 35.000 phoques sont tués chaque année sur la côte de la mer Blanche pour leur fourrure, leur graisse et leur viande.