(Québec) La Santé publique confirmera mercredi que les masques tomberont bel et bien le 14 mai dans les lieux publics. Il y aura cependant des exceptions, comme dans les établissements de santé et le transport en commun, alors que le couvre-visage demeurera obligatoire.

Publié le 3 mai
Fanny Lévesque
Fanny Lévesque La Presse

La Presse a pu confirmer les informations d’abord révélées par les médias de Québecor voulant que le directeur national de santé publique par intérim, le DLuc Boileau, confirme mercredi en conférence de presse la fin du port du masque obligatoire dans les lieux publics à compter du 14 mai.

Le port du couvre-visage sera cependant toujours obligatoire dans le transport en commun et les établissements de santé et ainsi que pour les personnes qui sont en isolement de la COVID-19 pour 10 jours. Par ailleurs, la Santé publique continuera de recommander le port du masque dans différentes situations dans le contexte où les autorités souhaitent que la population apprenne à gérer le risque.

Le DBoileau avait télégraphié ses intentions la semaine dernière en affirmant que le pic de la sixième vague semblait avoir été atteint au Québec.

« Considérant qu’il faut demeurer prudent, on persiste à maintenir le masque obligatoire dans les lieux publics, comme le transport collectif, jusqu’au 14 mai. On veut de la prévisibilité. Notre orientation finale sera prise en début de semaine prochaine », expliquait le DBoileau jeudi dernier. « On anticipe réellement qu’on sera capables de le retirer le 14 mai prochain. […] On ne voit pas de choses qui peuvent faire dérailler cette intention. Par contre, on veut être sérieux, on l’est toujours », avait-il ensuite précisé.

En avril, Québec avait prolongé jusqu’au début mai le port du masque dans les lieux publics en raison de l’arrivée de la sixième vague de la pandémie. Il avait dû ajouter deux semaines supplémentaires toujours en raison de la situation épidémiologique dans la province.

Aujourd’hui, le Québec est le seul endroit au Canada à imposer le port du masque dans les lieux publics, à l’exception de l’Île-du-Prince-Édouard, qui compte pour sa part cesser de l’exiger le 6 mai prochain, a annoncé plus tôt cette semaine le gouvernement de cette province.

En Alberta et en Saskatchewan, le masque n’est plus requis depuis le 1er mars. La Colombie-Britannique a abandonné cette mesure le 11 mars, suivie par le Nouveau-Brunswick et Terre-Neuve-et-Labrador le 14 mars, le Manitoba le 15 mars, le Yukon le 18 mars, l’Ontario et la Nouvelle-Écosse le 21 mars, les Territoires du Nord-Ouest le 1er avril et le Nunavut le 11 avril.

Avec Henri Ouellette-Vézina, La Presse