« On est en route vers une sixième vague », estime le directeur national de santé publique par intérim, Luc Boileau, à la lumière de la récente hausse des cas au Québec. Actuellement, 8600 travailleurs de la santé sont absents du travail en raison de la COVID-19, une hausse de 60 % en une semaine.

Mis à jour le 27 mars
Mayssa Ferah
Mayssa Ferah La Presse

L’absentéisme des professionnels du milieu hospitalier demeure une préoccupation. « Il y a une poussée fort de ce côté-là et quand on est dans des régions, il faut surveiller [cette situation] », a indiqué le DBoileau dans un point de presse dimanche.

La Santé publique n’est pas encore mesure de confirmer que le Québec vit une sixième vague, malgré une nouvelle hausse des cas dans les derniers jours. « Si la tendance se maintient, nous sommes en route vers une sixième vague », explique Luc Boileau.

Ce bond dans les cas de COVID-19 était « un risque calculé » dû à la levée de plusieurs mesures gouvernementales concernant la situation sanitaire.

Même s’il faut « apprendre à vivre avec le virus », le directeur de la Santé publique conseille aux Québécois – particulièrement les personnes âgées et vulnérables – de demeurer prudents.

« Pour l’instant, on continue à porter le masque, se laver les mains et à pratiquer la distanciation sociale », précise Luc Boileau.

Les Québécois doivent donc s’attendre à maintenir le port du masque jusqu’à la mi-avril. La Santé publique ne prévoit pas l’ajout de mesures similaires à l’hiver dernier, comme la fermeture des commerces et des restaurants, assure-t-on.

Pour le moment, la hausse des cas et des hospitalisations survient dans des régions comme la Côte-Nord, la Gaspésie, le Saguenay et les Îles-de-la-Madeleine. La région de Montréal est moins touchée, selon le DBoileau.