(Montréal) Le port du masque en tout temps au travail ne sera finalement plus obligatoire à compter du 28 février, si la distance de 2 mètres est maintenue ou s’il y a une barrière physique entre les personnes.

Publié le 23 février
Lia Lévesque La Presse Canadienne

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail en a fait l’annonce mercredi.

C’est d’ailleurs à compter de cette date, lundi prochain, que le télétravail ne sera plus obligatoire au Québec. Les autorités parlent d’un retour alors possible en mode hybride.

La CNESST indique que le port d’un masque de qualité continuera toutefois d’être requis dans les aires de circulation au travail.

Et le masque devra être fourni par l’employeur, puisqu’il est considéré comme un équipement de protection pour le travail. Et il devra s’agir de masque de qualité, a précisé la CNESST.

Les masques permis sont des masques médicaux conformes aux normes ASTM F2100 ou EN 14 683 type IIR ou bien certains masques attestés par le Bureau de normalisation du Québec (BNQ) ou tout appareil de protection respiratoire muni d’un filtre à particules, de type N95 ou P100, a précisé la CNESST.

Dans les cafétérias, les salles à manger et les salles de repos au travail, la distanciation et les barrières physiques ne sont pas requises durant la consommation de nourriture. Le port d’un masque de qualité sera toutefois requis lorsqu’il n’y a pas de consommation de nourriture.

La CNESST a aussi fait savoir que le port du masque continuera d’être requis dans les transports en commun.

La Commission ajoute que la désinfection des surfaces comme celles des salles de toilette et leur nettoyage continueront d’être obligatoires en tout temps, de même que l’hygiène des mains.

Aussi, les surfaces qui sont « hautement touchées » durant le travail devront être nettoyées à chaque quart de travail.

De même, les personnes présentant des symptômes apparentés à la COVID-19 devront être exclues.