Comme un cadeau de Saint-Valentin, les gyms, spas et salles d’entraînement du Québec rouvrent leurs portes ce lundi à une population prête à vivre avec le virus, pourvu que ça lui permette de bouger et de socialiser.

Publié le 14 février
Lila Dussault
Lila Dussault La Presse
Mayssa Ferah
Mayssa Ferah La Presse

« On est extrêmement excités », lance Patrizia Scali, vice-présidente des gyms Fit Forme, qui comptent environ 15 000 membres répartis dans quatre gyms en périphérie de Montréal. « Nos équipes sont prêtes, nos rencontres avec nos employés ont été faites, nos gyms sont super propres, nos mesures sanitaires sont mises en place… ​​On est vraiment fébriles ! »

Dès lundi, les gyms, spas, saunas, salles de golf et d’escalade intérieures pourront rouvrir à 50 % de leur capacité. Le port du masque, la distanciation physique et le passeport vaccinal sont exigés dans les salles de sport. Les cours de groupe sont à nouveau permis avec une limite de 25 personnes. Les matchs sportifs dans les écoles reprennent, du primaire à l’université, mais sans compétitions ou tournois.

Ce n’est pas la première réouverture à laquelle Mme Scali et son partenaire d’affaires, Alessandro Colombo, font face depuis le début de la pandémie. Cette fois-ci, toutefois, le ton est différent. « Lors des autres ouvertures, il y avait toujours des gens qui disaient qu’ils allaient garder leurs abonnements sur pause, qu’ils n’étaient pas prêts à revenir, se souvient Mme Scali. Là, on pense que la majorité de la population a compris qu’on est essentiels et qu’on n’est pas dangereux. »

L’engouement est tel que Patrizia Scali s’attend à avoir une file d’attente à l’entrée de ses gyms dès 5 h ce lundi matin.

Vivre avec le virus

Cette diminution des craintes face à la maladie, Catherine Ouellette-Marrero peut en témoigner. La jeune femme de 21 ans pratique l’escalade depuis quatre ans. « Avant, j’avais vraiment peur, observe-t-elle. J’allais m’entraîner dans des plages horaires où il n’y avait personne, vraiment tôt, par exemple. Mais maintenant, la COVID-19, je me dis que je peux autant l’attraper dans un centre d’escalade que dans ma classe d’université où on est 200 personnes. »

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Catherine Ouellette-Marrero

L’étudiante en anthropologie à l’Université de Montréal a très hâte de recommencer à s’user les muscles et à se libérer l’esprit sur les parois. « J’ai essayé de m’entraîner chez moi, mais ce n’est pas la même chose, affirme-t-elle. Je pense qu’il y a eu un [changement] au niveau du gouvernement. Pour la santé mentale des jeunes, il était temps que des trucs rouvrent. »

Plus que du sport, socialiser

Le retour des salles de sport ne permet pas que l’entraînement physique, précise Catherine Ouellette-Marrero. « Je me suis fait des amis dans les centres d’escalade que je vois seulement là-bas », remarque-t-elle.

L’importance de la socialisation est particulièrement présente pour les milliers de membres des YMCA du Québec, où les salles d’entraînement côtoient divers projets à portée sociale. « On sent une volonté [de nos membres] de revenir, de connecter avec les gens, constate Éric Trudel, vice-président aux opérations pour les YMCA du Québec. Les gens ont hâte de voir leur instructeur préféré, les employés ou leurs amis. Ce sont des milieux de vie. »

Liste des assouplissements en vigueur ce lundi

  • Reprise des matchs sportifs en parascolaire, du primaire à l’université, sans compétition ni tournoi. Passeport vaccinal exigé pour les 13 ans et plus.
  • La limite pour les évènements publics extérieurs passe de 1000 à 5000 personnes (avec passeport vaccinal).
  • Réouverture des centres de golf et d’escalade intérieurs à 50 % de leur capacité, avec passeport vaccinal.
  • Reprise des matchs de sport à l’intérieur.
  • Cours de groupe permis pour un maximum de 25 personnes à la fois.
  • Réouverture des gyms à 50 % de leur capacité (port du couvre-visage et distanciation physique obligatoires).
  • Réouverture des spas et saunas à 50 % de leur capacité.
  • Fin des protocoles sanitaires pour les compétitions sportives à l’extérieur.
  • Camps pour la semaine de relâche permis, avec mesures sanitaires.

Source : gouvernement du Québec