La cinquième vague de COVID-19 est-elle pire au Québec qu’ailleurs ? Oui, c’est pire qu’en Ontario et au Royaume-Uni. Notamment parce qu’on a moins de lits d’hôpital. Et le taux de décès liés à la COVID-19 est plus élevé au cours de la dernière semaine au Québec qu’aux États-Unis. Analyse de la situation en quatre points.

Publié le 21 janvier
Vincent Brousseau-Pouliot
Vincent Brousseau-Pouliot La Presse

1. Le taux de mortalité le plus élevé depuis sept jours

Au cours des 7 derniers jours, le Québec a le taux de mortalité le plus élevé parmi 15 pays recensés par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et parmi les provinces canadiennes. Depuis lundi, il devance les États-Unis.

Le DLuc Boileau, directeur national de santé publique du Québec, a toutefois rappelé en point de presse mardi que « les comparaisons entre les provinces ne tiennent pas vraiment » pour les décès, car le Québec « compte plus que partout ailleurs au Canada » ses décès liés à la COVID-19. Le DBoileau a cité un rapport de la Société royale du Canada publié en juin 2021. Ce rapport a conclu que les données des décès liés à la COVID-19 en 2020 étaient plus fidèles à la réalité au Québec qu’ailleurs au Canada (le rapport analysait la surmortalité en 2020, qui peut être logiquement associée à la COVID-19).

2. Ça va plus mal qu’en Ontario

Toutes proportions gardées, il y a actuellement plus de patients COVID dans les hôpitaux au Québec qu’en Ontario.

Mercredi, il y avait 395 patients COVID à l’hôpital par million de Québécois, contre 272 par million d’Ontariens. Les deux provinces utilisent sensiblement la même méthode pour comptabiliser les patients COVID. Dans les deux provinces, environ 50 % des patients COVID dans des lits ordinaires et 18 % des patients aux soins intensifs sont des patients qui ne sont pas à l’hôpital en raison de la COVID mais qui ont eu un résultat positif à la COVID-19.

Par contre, les unités de soins intensifs comptent davantage de patients COVID en Ontario : 40 par million de personnes, contre un ratio de 33 au Québec.

En matière de vaccination, l’Ontario a commencé à offrir la troisième dose plus tôt que le Québec. Résultat : au début de la journée de jeudi, 38 % des Ontariens étaient triplement vaccinés, contre 34 % des Québécois.

L’Ontario est un bon point de comparaison pour le Québec : les deux provinces ont commencé à faire face à Omicron à peu près en même temps et le pic des hospitalisations de la cinquième vague n’a pas été atteint (l’Ontario a toutefois observé une première journée de légère baisse des hospitalisations mardi, et le Québec mercredi).

Ailleurs au Canada, la Colombie-Britannique et l’Alberta ont des taux d’hospitalisation beaucoup plus bas, mais il serait injuste de comparer ces deux provinces avec l’Ontario et le Québec pour l’instant, car Omicron est arrivé plus tardivement dans l’ouest du pays.

3. Ça va moins bien qu’au Royaume-Uni

Le Royaume-Uni a commencé à vivre la cinquième vague avec Omicron un peu avant le Québec. Les mesures sanitaires y ont été moins sévères. Mais le ratio d’hospitalisations au Royaume-Uni reste plus bas actuellement qu’au Québec. Et la capacité hospitalière est supérieure au Royaume-Uni.

Depuis quelques jours, le Royaume-Uni espère avoir atteint son pic des hospitalisations. Le 10 janvier, il y avait 19 918 patients COVID dans les hôpitaux britanniques. Le 19 janvier (mercredi), il y en avait 18 494, soit 1424 de moins. « On suit particulièrement » la situation au Royaume-Uni, dit le DLuc Boileau, directeur national par intérim de santé publique du Québec, en point de presse mardi.

Par contre, le Royaume-Uni avait connu une crise beaucoup plus importante dans ses hôpitaux lors de la deuxième vague, en janvier 2021. Le Royaume-Uni avait atteint un ratio jusqu’à 585 patients COVID hospitalisés par million de personnes. Les patients COVID occupaient alors jusqu’à 24 % des lits d’hôpitaux.

4. Ça va à peu près comme aux États-Unis

Au prorata de la population, il y a beaucoup plus de patients COVID aux États-Unis. Mais le pays du président Joe Biden dispose aussi de beaucoup plus de lits d’hôpital pour les soigner. Le système de santé américain est toutefois très inégalitaire – contrairement à celui du Québec, où les soins de santé sont universels et gratuits.

Selon nos calculs, les patients COVID occupent 17 % des lits d’hôpital aux États-Unis, comparativement à 21 % au Québec. Dans l’État de New York, voisin du Québec, la situation est plus critique : 23 % des lits d’hôpital de l’État de New York sont occupés par des patients COVID.

La situation est toutefois beaucoup plus critique aux soins intensifs aux États-Unis, où il y a un ratio de 79 patients COVID aux soins intensifs par million de personnes, contre un ratio de 33 au Québec.

Par rapport aux Québécois, les Américains sont moins vaccinés et ont adopté moins de mesures sanitaires.

5370 $ US par Canadien

Parmi les pays du G7, le Canada arrive au quatrième rang en matière de dépenses pour son système de santé. Le Canada dépense 5370 $ US par personne par année (en 2019), contre 10 948 $ US pour les États-Unis (2019), 6731 $ US pour l’Allemagne (2020), 5564 $ US pour la France (2020), 5268 $ US pour le Royaume-Uni (2020), 4691 $ US pour le Japon (2019) et 3819 $ US pour l’Italie (2020), selon les données de l’OCDE.