Une fillette de 4 ans est morte des suites de la COVID-19, a annoncé le CHU de Québec – Université Laval, lundi. La nouvelle a rapidement causé une onde de choc à travers le réseau de la santé et le monde politique québécois.

Publié le 17 janvier
Lila Dussault
Lila Dussault La Presse
Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

« Le CHU souhaite offrir ses plus sincères condoléances aux parents et à la famille de la jeune fille. Pour des aspects de confidentialité et par respect pour la famille endeuillée, aucune entrevue ne sera accordée et aucun autre commentaire ne sera divulgué par le CHU », a précisé l’hôpital dans un bref communiqué, lundi, en invitant les médias et toute la population à « respecter la volonté de la famille de vivre cette période difficile en toute intimité ».

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, n’a pas tardé à réagir, sur son compte Twitter. « Cette nouvelle est d’une tristesse sans nom, a-t-il gazouillé. Je tiens à offrir mes plus sincères condoléances à la famille et aux proches de cette fillette. »

Les chefs des différents partis de l’opposition ont aussi déploré la tragédie en début de soirée, lundi. « Quelle tristesse, a écrit le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon. Mes pensées les plus sincères accompagnent la famille. »

Dominique Anglade, à la tête du Parti libéral du Québec, a aussi réagi : « Quelle tristesse !, a-t-elle gazouillé. Toutes mes condoléances à la famille et aux proches de la petite. »

Le 10 janvier dernier, le CHU de Québec avait affirmé à La Presse avoir observé une légère augmentation de jeunes patients positifs à la COVID-19, incluant des nouveau-nés. Le nombre d’hospitalisations était cependant resté sous la barre des cinq cas depuis le début du mois de janvier, avait précisé la conseillère en affaires publiques Michèle Schaffner-Junius.

Depuis une semaine, 61 enfants ayant la COVID-19 sont hospitalisés dans la province, dont trois aux soins intensifs. Cette triste affaire n’est pas sans rappeler l’annonce par le CHU Sainte-Justine, à la mi-décembre, de la mort d’un nourrisson de moins de 2 mois, en lien avec le virus. Ce poupon était alors le tout premier enfant de moins de 10 ans à succomber au virus au Québec, créant là aussi une vague d’émotions et de solidarité dans le milieu médical et politique.

Offrant ses condoléances à la famille, le CHU Sainte-Justine n’avait alors pas non plus divulgué plus de détails « en raison des aspects hautement confidentiels » du dossier, en rappelant toutefois que les bébés sont plus susceptibles de développer des complications en lien avec la COVID-19.

Fait à noter : cette mort ne se reflète toutefois pas officiellement encore dans les données de l’Institut national de santé publique (INSPQ), qui ne recense jusqu’ici aucun décès lié à la COVID-19 chez les 0-9 ans. Il s’agit toutefois d’un problème de mise à jour des données, a-t-on confirmé à La Presse, le nourrisson étant bel et bien mort des suites du coronavirus.

Pour l’instant, l’INSPQ enregistre 2 décès liés à la COVID-19 chez les 10-19 ans et 11 autres chez les 20-29 ans, tous survenus en 2020 et en 2021.

À l’échelle du Canada, plus d’une dizaine d’enfants de 11 ans et moins ont succombé à la COVID-19 depuis le début de la pandémie. En Ontario, la Santé publique de Toronto avait aussi confirmé la mort d’un enfant de moins de 4 ans des suites de la COVID-19, au début du mois de janvier.

Avec la collaboration de Pierre-André Normandin et Louise Leduc, La Presse